Une nouvelle usine à 50 millions pour Mydibel

©Emy Elleboog

La société familiale basée à Mouscron a investi pour la cause quelque 50 millions d’euros

À l’étroit dans ses installations existantes, la société mouscronnoise Mydibel a entamé en août la construction d’une nouvelle usine appelée à produire des frites fraîches précuites.

La société familiale basée à Mouscron a investi pour la cause quelque 50 millions d’euros. "Cet investissement est nécessaire pour absorber notre croissance, qui a atteint 30% l’an dernier. Cette année, elle sera toutefois limitée à 10% en raison de la canicule qui a pesé sur les récoltes de pommes de terre", précise Marc Van Herreweghe, le CEO de Mydibel.

©Emy Elleboog

Les pommes de terre viennent à 80% de Belgique (en majorité de Wallonie), mais également des pays limitrophes, dans un rayon de 300 kilomètres.

Mydibel réalise un chiffre d’affaires tournant autour de 250 millions d’euros, dont plus de 90% sur les marchés d’exportation. L’entreprise exporte ses produits dans plus de 120 pays.

De la patate à la frite en une heure

La nouvelle usine, construite à côté du site de Gramybel, la filiale qui produit des flocons et des granules de pommes de terre déshydratées, pourrait être opérationnelle dès juillet 2020, et en tout cas au plus tard à l’automne, espère le patron de Mydibel. Elle permettra de créer dans un premier temps 70 emplois supplémentaires dans une entreprise qui compte déjà quelque 660 salariés.

Pour pouvoir augmenter sa capacité de production, l’entreprise picarde a besoin d’une ligne de production supplémentaire. "Le site de Mouscron est aujourd’hui saturé", souligne Marc Van Herreweghe.

©Emy Elleboog

Mydibel investit de manière pratiquement continue. En 2017, elle avait déjà injecté 45 millions d’euros dans la construction d’une nouvelle unité de production qui a déjà permis d’augmenter sa capacité de 120.000 tonnes. La société a ainsi produit l’an dernier plus de 600.000 tonnes de produits finis issus de la pomme de terre.

La nouvelle unité en train de sortir de terre assurera la production des frites fraîches précuites. Les lignes actuellement dédiées à ce produit produiront des frites surgelées une fois l’usine opérationnelle.

Ce projet est mené en partenariat avec la SRIW (Société régionale d’investissement de Wallonie), qui a pris une participation minoritaire dans l’entreprise mouscronnoise. Elle dispose d’un représentant au conseil d’administration.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect