Une société belge épinglée pour manipulation de marché

La FSMA a enquêté sur des informations fausses ou trompeuses et sur la divulgation tardive d’informations privilégiées. ©EPA

Elle a conclu un règlement transactionnel avec la FSMA qui prévoit le paiement d’un montant de 500.000 euros.

Greenyard et la FSMA, le gendarme des marchés financiers belges, ont conclu un règlement transactionnel qui prévoit le paiement, par le premier nommé, d’un montant de 500.000 euros.

Concrètement, l’Autorité des marchés et services financiers reproche deux éléments au groupe spécialisé dans les fruits et légumes dans sa gestion de la crise de la listeria qui a frappé une usine en Hongrie. D’une part, la divulgation tardive d’informations privilégiées et, de l’autre, la diffusion d’informations fausses et trompeuses assimilables à une violation de l’interdiction de manipulation de marché.

"Possible contamination"

500.000
euros
Le règlement transactionnel prévoit le paiement d'un montant de 500.000 euros.

Pour mieux comprendre ce dossier il faut remonter en 2018. Le 4 juillet, pour être précis. Ce jour-là, Greenyard publie un communiqué de presse dans lequel il annonce le rappel de légumes surgelés produits en Hongrie suite à une décision prise le 29 juin par l’agence locale de la sécurité alimentaire. Cette mesure résulte d’une "possible contamination à la listeria" précise le groupe qui ajoute que ce rappel n’implique pas que ses produits soient effectivement contaminés.

Hors, signale la FSMA, l’agence hongroise avait déjà établi, fin juin, grâce à des analyses menées par le laboratoire de référence de l’Union européenne une concordance entre la souche spécifique de bactérie listeria ayant infecté 47 personnes et causé le décès de 9 d’entre elles, et celle découverte dans les surgelés produits et commercialisés par Greenyard Frozen Hungary.

Sous le boisseau

Greenyard en a été informé le 3 juillet. Il aurait dû communiquer immédiatement cette information au marché comme la loi le prévoit mais l’a tenue sous le boisseau jusqu’au 13 juillet. Ce jour-là, le titre dévisse de près de 10% en  bourse alors que des articles de presse évoquent la contamination à la listeria. La cotation est suspendue dans l’attente d’un communiqué dans lequel Greenyard reconnaîtra qu’il s’agit bel et bien de la même souche. Lors de la reprise de cotation, le 16 juillet, l’action dégringolera de 31% Voilà pour le non-respect de publier une information privilégiée dès que possible.

"L’entreprise a ainsi diffusé des informations qui ont donné, ou ont été susceptibles de donner, des indications fausses ou trompeuses en ce qui concerne le cours de l’action."
La FSMA

Pour ce qui concerne la manipulation de marché, la FSMA met en cause le communiqué du 4 juillet. Greenyard qui, selon elle, était au courant de la gravité de la situation puisqu’il en avait été informé le 3 juillet y évoque, entre autres, comme mentionné plus haut une "possible contamination à la listeria". Selon le l’Autorité des marchés, l’entreprise a de cette façon diffusé des informations qui ont donné, ou ont été susceptibles de donner, des indications fausses ou trompeuses en ce qui concerne le cours de l’action.

Non coupable

De son côté, Greenyard signale avoir pleinement coopéré avec la FSMA lors de son enquête et a préféré conclure un accord transactionnel sans reconnaissance de culpabilité. Le montant de 500.000 euros n’aura pas d’impact sur sa prévision d’Ebitda ajusté pour l’exercice 2020/2021 en cours a précisé le maraîcher.

>Le communiqué de la FSMA et celui de Greenyard.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés