Voici ce que va gagner le futur président d'AB InBev

Martin Barrington, le futur président d'AB InBev. ©RV DOC

La rémunération fixe du successeur d'Olivier Goudet à la présidence d'AB InBev a été majorée de 36%.

Lors de ses assemblées ordinaires et extraordinaires qui se tiendront le 24 avril prochain, AB InBev va proposer la nomination de plusieurs nouveaux membres de son conseil d’administration qui aura comme effet de féminiser ce cénacle et de le mettre en conformité avec la loi belge sur les quotas.

Après le départ annoncé début du mois du président, le Français Olivier Goudet pour éviter des conflits d’intérêts, il s’agira également de désigner son successeur. Le choix qui sera soumis au vote des actionnaires, s’est porté, on le sait, sur Martin Barrington ex CEO d’Altria (Marlboro) qui siège déjà au conseil depuis fin 2016.

Lors de cette même assemblée, il s’agira également de se prononcer sur le statut du président pour qu’il ne soit plus obligatoirement labellisé indépendant -Martin Barrington représente les intérêts d'Altria- et sur la rémunération des membres du conseil.

Celle du président a été sensiblement revalorisée. La partie annuelle fixe grimpe de 36% passant de 187.500 euros à 255.000 euros. Cela sans compter la provision fixe de 7.000 euros accordée aux membres des différents comités du conseil. Olivier Goudet siégeait dans trois comités.

En plus de cela, il percevra des actions sous la forme de "restricted stocks units" correspondant à une valeur brute fixe de 550.000 euros. Le montant s’élève à 200.000 euros pour les autres administrateurs. Ces "units" seront définitivement acquises après 5 ans et pourront alors donner droit à une action AB InBev.

En 2018, Olivier Goudet a perçu 37.500 "stock-options" avec un prix d’exercice de 84,47 euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés