Weight Watchers au pain sec

©RV DOC

Weight Watchers perd du poids en Bourse. Le spécialiste de l'amaigrissement, qui a fondu de près de 28% vendredi à Wall Street, est concurrencé par les nouvelles applications en ligne et les services de coaching gratuits.

Weight Watchers affiche une mine pâle. Le spécialiste de l'amaigrissement, en pleine restructuration, a annoncé jeudi soir des prévisions de résultats très en-deçà des attentes, tablant sur un bénéfice par action 2014 compris entre 1,30 et 1,60 dollar, alors que le consensus est actuellement de 2,78.

Le groupe new-yorkais, qui propose des programmes diététiques et de coaching payants, a fondu de 27,73% vendredi à la Bourse de New York.

Les analystes avancent deux explications au régime forcé de Weight Watchers:

  • Premièrement, ce secteur, qui avait connu une forte expansion au cours des deux dernières décennies, a été durement touché par la crise économique, qui a poussé les consommateurs à tailler dans leurs dépenses personnelles.
  • Deuxièmement, Weight Watchers est aussi victime de la concurrence féroce des applications en ligne et des conseils entièrement gratuits disponibles notamment sur Youtube.

"La marque Weight Watchers est très forte" commente Kurt Frederick, analyste chez Wedbush Securities Inc. "La question est de savoir comment elle va s'adapter aux nouvelles applications qui grignotent une part énorme du marché bien-être de l'amincissement".

Weight Watchers n'est pas le seul acteur étranglé par les nouveaux poids lourds du marché. En novembre de l'année passée, le groupe suisse Nestlé, numéro un mondial de l'alimentation, a dû se résoudre à vendre les activités en Amérique du Nord et en Océanie de sa filiale Jenny Craig, spécialisée dans les produits pour lutter contre le surpoids.

A savoir

Grand actionnaire de Weight Watchers, le baron belge Guy Ullens de Schooten possédait en 2011 une fortune estimée entre 3 et 4 milliards de francs suisses (2,5 et 3,3 milliards d'euros), selon le classement annuel des 300 plus riches de Suisse publié par le magazine Bilan.

En 2012, la fortune du businessman belge de 78 ans résidant dans le Valais, était estimée par la même source entre 300 et 400 millions de francs suisses (250 et 330 millions d'euros).

Lié par mariage aux Wittouck, qui contrôlaient la Raffinerie tirlemontoise, Guy Ullens de Schooten a tiré une bonne partie de sa fortune de la vente de cette société au groupe allemand Südzucker. Le milliard d'euros rapporté par cette transaction a été investi par le groupe familial Artal dans une marque de vêtements (Albert), puis dans le rachat de Weight Watchers à l'entame de l'an 2000.

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés