Lhoist change son fusil d'épaule face à l'abbaye de Rochefort

©Jef Boes

Le groupe Lhoist dépose une nouvelle demande de permis pour tester le pompage de l’eau de source à Rochefort, en s’appuyant sur la modification de la législation sur le permis unique. Changement en vue pour les Trappistes et leur brasserie?

La saga opposant les moines trappistes de Rochefort et leur brasserie au groupe Lhoist, qui exploite la carrière calcaire jouxtant la source de la Tridaine, enregistre un nouvel épisode qui s’avérera peut-être crucial.

Lhoist a déposé, il y a un mois, une nouvelle demande de permis pour effectuer un test de pompage de l’eau de source alimentant l’abbaye, sa brasserie et la ville de Rochefort. La grande nouveauté est qu’il s’agit d’une demande de permis unique, et non plus de deux demandes - de permis d’environnement et de permis d’urbanisme.

La nuance est importante, car les actions en cours devant le Conseil d’Etat et la Cour constitutionnelle concernent les demandes précédentes, introduites séparément comme la législation d’alors le préconisait. L’abbaye veut, pour rappel, préserver la qualité de son eau, tandis que Lhoist veut creuser plus profondément dans la carrière pour en prolonger la durée d’exploitation.

Entretemps, la législation a changé… Le décret wallon du 11 mars 1999 sur le permis d’environnement excluait du régime du permis unique les demandes concernant des biens immobiliers inscrits dans un site Natura 2000. C’est le cas de l’endroit où est située la source de la Tridaine, qui est souterraine et à cheval sur (sous) des terres appartenant au carrier et au monastère. Lhoist avait donc, sur cette base, demandé à la fois un permis d’urbanisme et un permis d’environnement pour pouvoir effectuer les tests visant à vérifier la faisabilité de l’alternative qu’il proposait aux moines: pomper plus bas l’eau alimentant la Tridaine, de manière à pouvoir ultérieurement approfondir la carrière, ce qui permettrait d’en prolonger l’exploitation au-delà de 2020.

Cette situation, qui fait précisément l’objet des procédures en cours devant le Conseil d’Etat et la Cour constitutionnelle, n’est plus tout à fait d’actualité. Pourquoi? Parce qu’un décret wallon datant du 23 juin dernier a retiré de la liste des exceptions au régime du permis unique les sites Natura 2000. C’est en s’appuyant sur ce changement des règles que Lhoist vient d’introduire sa nouvelle demande - de permis unique cette fois.

La demande a été déposée au début du mois d’octobre. Lhoist y a glissé des rapports d’experts concluant en l’absence de risques environnementaux. Le document comprend une étude d’incidence et une étude hydrogéologique. L’exploitant de la carrière a averti le monastère Saint-Rémy de Rochefort du dépôt de sa demande. Celle-ci est à présent soumise à enquête publique sur les communes de Rochefort et de Marche-en-Famenne. En janvier ou février prochain, Lhoist devrait être fixé sur le sort qui lui sera réservé.

Compteurs remis à zéro?

Cette nouvelle demande supprime-t-elle la situation antérieure ? Remet-elle les compteurs à zéro pour Lhoist et l’abbaye? "Ce n’est pas parce que vous avez un recours au Conseil d’Etat que vous ne pouvez pas déposer une nouvelle demande de permis", nous explique un expert en droit de l’environnement. "Une demande corrigée peut aboutir à l’octroi du permis avant que le Conseil d’Etat n’ait statué sur les demandes antérieures. Et le requérant peut renoncer à son ancien permis."

Autrement dit, les anciens recours peuvent perdre leur objet et les compteurs être effectivement remis à zéro. Autre réflexion: dès lors que la législation sur les exceptions au permis unique a changé, Lhoist aurait de toute manière dû introduire une nouvelle demande. Plus concrètement, au printemps prochain, le groupe pourrait être autorisé à effectuer le fameux test. Les moines s’y opposent parce qu’ils doutent de sa reversibilité: en cas d’échec du test, pourra-t-on revenir à la situation antérieure, où l’eau de source s’écoule par la Tridaine? Depuis le début de la bagarre, les trappistes craignent que non, alors que Lhoist affirme le contraire.

Le communiqué:

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés