123 licenciements secs chez D'Ieteren

L'importateur belge de voitures du groupe VW, D'Ieteren, a lancé en juin un plan de transformation. ©BELGA

211 pertes d'emplois étaient annoncées début juin chez D'Ieteren. À l'issue de la phase d'information et de consultation de la loi Renault, une solution a été trouvée pour 88 personnes.

D'Ieteren Auto va finalement se séparer de 123 personnes. L'importateur des véhicules du groupe VW en Belgique avait annoncé, début juin, la mise en place d'un plan de transformation "pour répondre aux changements substantiels du marché automobile". À l'époque, 211 pertes d'emplois avaient été évoquées. Ces licenciements secs ont donc été revus à la baisse.

La procédure légale d'information et de consultation dans le cadre de la Loi Renault est à présent clôturée. D'Ieteren Auto va désormais entamer avec les délégations syndicales la phase de négociations des mesures d'accompagnement et des modalités financières.

182 millions
euros
Ce plan de transformation nécessite un investissement de 182 millions d'euros d'ici à 2025.

Mobilité interne et chômage

Le plan nécessite un investissement de 182 millions d'euros d'ici à 2025 "pour la mise en adéquation des métiers et des services offerts avec les attentes des clients, notamment en matière de digitalisation, et leurs nouveaux besoins de mobilité".

Le nombre de pertes d'emplois a pu être réduit via l'ouverture de 21 postes vacants au sein de l'entreprise à certains membres du personnel impactés. La possibilité a aussi été offerte d'avoir recours au régime de chômage avec complément d'entreprise (RCC) pour le personnel âgé de 59 ans.  

Stratégie 2025

D’Ieteren pense qu'à l'avenir, le marché s’orientera moins vers du véhicule neuf et davantage vers les véhicules d’occasion, la mobilité du futur et l’après-vente. Il veut donc se renforcer dans cette activité.

Le groupe envisage aussi de cesser l’activité des contact centers à Kortenberg. Une réduction de l'effectif au niveau logistique est aussi sur la table afin de répondre à la baisse des livraisons. Enfin, il cherche à se désengager des activités d’importation des produits Yamaha via une reprise.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés