"Avoir Thunder Power, c'est mieux que d'avoir Opel"

©BELGAIMAGE

Pour Eric Desomer, de Deloitte, une entreprise comme Thunder Power est une vraie plus-value pour notre pays. Axée vers l’automobile du futur, elle va profiter aux fournisseurs locaux. Audi Brussels, Volvo Gand et maintenant Thunder Power, la Belgique est en train de devenir un spécialiste de l’automobile électrique.

Chez Deloitte, il en connaît un rayon sur l’automobile. Présent à tous les grands salons et événements automobiles, le Belge Eric Desomer est responsable de l’automobile pour Deloitte dans la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique. Quand on évoque avec lui le dossier de l’arrivée du constructeur chinois Thunder Power EV sur le site de Caterpillar, il répond: "Beaucoup de pays sont sur la balle. La Wallonie fait très bien son boulot."

La Catalogne avait annoncé que les signaux étaient au vert l’année passée et que Thunder Power allait investir en deux temps. Elle donnait le premier investissement pour le centre de recherche et développement comme acquis. Ils communiquaient alors que le centre de R&D représentait un investissement initial de 80 millions d’euros et de 200 emplois. La phase de production, sur laquelle la Catalogne comptait également, devait créer 1.000 emplois. Il nous revient que les Chinois ne choisiront de toute façon qu’une seule localisation pour les deux installations.

Aujourd’hui, alors que l’arrivée de Thunder Power à Gosselies se précise, les Catalans sont bien moins volubiles que dans leur newsletter de mars 2017. "Nous gérons les projets de financement étranger direct dans la plus stricte confidentialité et nous ne faisons aucun commentaire à ce sujet", nous ont-ils répondu.

"C’est une entreprise très intéressante car axée vers l’automobile du futur."
Eric Desomer
Deloitte

L’arrivée d’un acteur de poids de l’électrique chinois aurait un très bel impact pour la Région wallonne. "C’est une société très intéressante et une industrie du futur, c’est mieux qu’un Opel par exemple. Une société comme Thunder Power EV va avoir besoin de fournisseurs différents. S’ils sont intelligents, ils vont en profiter", détaille Eric Desomer.

Effet multiplicateur

Des sociétés bien implantées en Belgique comme AGC ou ArcelorMittal pourraient être amenées à fournir les pare-brise ou les aciers renforcés et donc bénéficier de l’arrivée de ce genre d’entreprise. De plus, les petits fournisseurs pourraient fournir d’autres types d’éléments comme de la télématique. Thunder Power devra se fournir en aluminium, en composants aluminiums, en batteries, en verre, etc. et donc créer tout un pôle économique intéressant pour la région de Charleroi.

Par ailleurs, la société chinoise demandera un tout autre type d’ingénieur que l’automobile classique Nos universités devront être orientées vers ces technologies du futur, ce sera indispensable. "À l’époque, Caterpillar se plaignait du manque d’ingénieurs en Belgique. Ici, il s’agit de rencontrer les besoins d’ingénieurs en technologie. Il faudra aligner les formations dans les universités avec les besoins de ce genre d’industrie", explique Desomer.

Qui dit voiture électrique, pense directement Tesla. Lancer une production automobile à partir de presque rien n’est-il pas risqué de nos jours, surtout si les organismes publics investissent pas mal d’argent dans l’aventure? Eric Desomer ne le pense pas. Il rappelle que "la Chine a clairement décidé d’investir en masse dans l’électrique. Les sociétés chinoises ont un support interne très important avec leur marché domestique et le gouvernement".

Autre avantage de taille, attirer un Chinois aurait comme conséquence de pouvoir en attirer plus facilement d’autres. "Quand on en a attiré un, on peut en attirer plusieurs autres comme on l’a fait avec les Japonais par le passé", estime Desomer.

Hub du futur

Le marasme automobile semble en tout cas pouvoir laisser place à une nouvelle ère d’optimisme pour le secteur automobile belge. Notre pays "a encore cette image de marque de grand savoir automobile", estime Desomer. Une voiture électrique est beaucoup plus facile à construire qu’une voiture traditionnelle. Il y aura de l’emploi local, mais elle sera plus robotisée", ajoute-t-il.

Volvo Gand, sous l’impulsion de son actionnaire chinois Geely, commence à produire des voitures électrifiées (puis 100% électriques) sur ses nouvelles plateformes. Audi Brussels se spécialise aussi dans la voiture électrique. Et Thunder Power devrait arriver à Gosselies avec ses bolides électriques. La Belgique se positionne donc comme un acteur important de l’automobile du futur. "C’est un paysage excitant qui se met en place. C’est le moment de bien trouver sa niche", tranche Eric Desomer.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content