Johnson Controls envisage de quitter le secteur automobile

©Photo News

Ce remaniement stratégique ferait la part belle à la division chauffage et réfrigération du groupe. L'annonce a été salué sur les marchés à Wall Street.

Johnson Controls (JCI) veut se séparer de sa division d'équipements automobiles, et plus précisément de ses systèmes de sièges, pour se recentrer sur ses activités à plus forte marge de chauffage et de réfrigération.

La division automobile, qui fabrique des sièges, portières et intérieurs intégrés pour voitures, a représenté 52% du chiffre d'affaires du groupe qui s'est monté à 42,83 milliards de dollars sur le dernier exercice clos en septembre 2014.

Ensemble, les sièges et intérieurs de JCI ont réalisé un chiffre d'affaires de 22 milliards de dollars sur le dernier exercice. Sur ce total, 10,1 milliards de dollars de chiffre d'affaires ont été réalisés aux Etats-Unis, 9,5 milliards en Europe et 2,3 milliards en Asie. Au deuxième trimestre clos fin mars, le chiffre d'affaires de la division automobile de JCI n'a augmenté que de 1% hors impact du dollar. La division spécialisée dans les systèmes de chauffage, de ventilation et d'air conditionné a contribué à hauteur de 33% au chiffre d'affaires total du groupe, le solde de 15% étant réalisé par l'activité de batteries.

L'annonce porte en particulier sur l'activité de systèmes de sièges, dont le chiffre d'affaires s'élève à 17,53 milliards. Fraser Engerman, porte-parole du groupe de Milwaukee, a indiqué que JCI n'avait pas d'acquéreur précis en tête. De plus, JCI n'a pas fixé de date butoir pour le réexamen stratégique.

Joseph Spak, analyste chez RBC Capital Markets, estime à environ 7,3 milliards de dollars la valeur de l'activité de sièges de JCI et note qu'elle a dégagé l'an dernier une marge de 5%. Le directeur général de JCI, Alex Molinaro, a assuré que l'annonce du réexamen stratégique n'était pas motivée par des considérations fiscales ou des pressions d'investisseurs activistes.

JCI avait déclaré dès 2013 vouloir réduire sa dépendance sur ses activités automobiles dont les marges sont inférieures à ses autres métiers. Le groupe, dont le cours de Bourse affichait à la clôture de mardi une progression de 7% depuis le début de l'année et a continué à grimpé ce mercredi.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés