L'autopartage entre particuliers obligé de se réinventer

Getaround négocie des places en voirie à Bruxelles, Saint-Gilles et Ixelles. "Une voiture partagée dédiée en remplace 10", dit le patron de la société en Belgique et en France. ©Getaround

CarAmigo, l'acteur belge du partage de voitures entre particuliers a stoppé son activité. Getaround se refocalise sur les voitures partagées par des professionnels.

CarAmigo avait bénéficié d'une belle couverture presse il y a 5 à 6 ans. C'est bien plus discrètement qu l'acteur belge de la location de voitures entre particuliers a arrêté son service au 1er janvier dernier. "Les efforts pour attirer les locataires et les loueurs pour une utilisation qui n'était pas récurrente consommaient trop de cash. J’ai un doute sur la viabilité du modèle B2C. C’est un modèle pour lequel il faut faire trop souvent de la publicité", nous explique le fondateur.

J'ai un doute pour la viabilité de la location de voitures entre particulier qui nécessite trop de publicité"
Alex Gaschard
Fondateur de CarAmigo

Il laisse donc le marché à deux autres acteurs, Cozycar et le leader mondial du secteur, Getaround (ex-Drivy, actif depuis 2016 en Belgique). Getaround est un acteur américain qui avait racheté Drivy pour une valorisation de 300 millions de dollars en 2019. Chez l'ex-Drivy aussi, on a revu sa copie. Certes, on ne laisse pas tomber son modèle classique de location de voitures entre particuliers, mais aujourd'hui le focus est surtout sur l'autopartage à la Cambio. 

Location à la Cambio

Car partager des voitures sur plusieurs jours entre particuliers avec échange des clés revient finalement à se positionner comme concurrent de sociétés de locations de voitures classiques. C'est un "business compliqué", avoue Quentin Lestavel, country manager de Getaround pour la Belgique et la France. Ce modèle n'a pas tant d'arguments à faire valoir, si ce n'est le prix. Mais les sociétés de location de voitures se livrent une concurrence acharnée sur les prix à coups de comparateurs en ligne et d'émergence de loueurs low cost, de quoi rendre difficilement cette location attractive.

Pour Getaround, il fallait donc changer son focus. "On ne fait plus dans la location de voitures, mais dans l'autopartage. On regarde les trajets extra-urbains avec de la location à l'heure", dit Quentin Lestavel. Ici, on est donc sur les terres de Cambio, à ceci près que le tarif est choisi par les propriétaires eux-mêmes et qu'il n'y a pas d'abonnement

"On libère donc 9 places de stationnement en mettant une place dédiée en voirie pour une voiture partagée"
Quentin Lestavel
Country Manager de Getaround en Belgique et en France

Les voitures sont équipées d'un boitier "connect" qui permet de les ouvrir avec le smartphone. L'installation des boîtiers est couverte, mais le boitier en tant que tel est à la charge des propriétaires. Ce modèle s'adresse plus à des professionnels. Cela tombe bien, car ces propriétaires pro sont la cible idéale pour Getaround qui a besoin de voitures dédiées dans les rues. En Belgique, 2/3 des voitures Getaround sont aujourd'hui des voitures appartenant à des professionnels. Rien qu'à Bruxelles, 200 voitures sont disponibles avec le système connect, soit le double d'il y a 6 mois. 

Places en voirie

Les dirigeants de la société essayent de convaincre les communes de Bruxelles, Saint-Gilles et Ixelles de recevoir des places en voirie. "Une voiture en autopartage en remplace 10. On libère donc 9 places de stationnement en mettant une place dédiée", insiste Lestavel. Getaround vient de recevoir l'agrément de la Région ce qui la rend éligible pour ce type de demandes. C'est aussi une des meilleures manières d'attirer des clients

Getaround est d'ailleurs ambitieux pour la Belgique et a comme objectif d'atteindre la même flotte de véhicules dédiés que Cambio. "Ils ont mis 15 ans à installer une flotte de 500 voitures. Leur modèle est moins souple que le nôtre. Notre modèle économique est bien plus efficace", estime Quentin Lestavel. 

CarAmigo, de son côté, veut profiter de son expérience dans le B2B. "On développe un modèle pour des entreprises qui ont des véhicules non utilisés", dit Alex Gaschard.

 

Les efforts pour attirer les locataires et les loueurs pour une utilisation pas récurrente consommaient trop de cash. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect