La justice américaine poursuit Fiat sur le diesel

©AFP

Les autorités américaines vont lancer des poursuites judiciaires contre Fiat Chrysler, accusé d'avoir installé sans autorisation des logiciels destinés à fausser le niveau réel des émissions polluantes de véhicules diesel.

Après l'épisode Volkswagen, c'est au tour de Fiat Chrysler Automobiles d'être dans le collimateur du département américain de la Justice. Ce dernier a déposé une plainte au civil contre le constructeur italo-américain, accusé lui aussi d'utilisation d'un logiciel de manipulation des test d'émissions polluantes de ses véhicules diesel.

C'est le tribunal de district de Detroit qui en charge de l'affaire et la procédure pourrait faire monter la pression sur Fiat Chrysler.

La plainte risque en effet de favoriser un accord à l'amiable, comme ce fut le cas pour son concurrent Volkswagen qui a accepté de verser jusqu'à 25 milliards de dollars (22,3 milliards d'euros) pour régler tous les litiges liés au "dieselgate" et racheter ses véhicules polluants aux Etats-Unis.

Wall Street apprécie guère

Toutefois, VW a reconnu avoir volontairement triché alors que Fiat dément toute irrégularité. Le groupe italo-américain n'a fait aucun commentaire dans l'immédiat sur ces informations. Son action a perdu 0,73% à 9,50 euros à Milan  et cède plus de 4% à Wall Street deux heures avant la clôture.

©REUTERS

Une audience est prévue le 24 mai concernant une série de plaintes déposées contre FCA par des propriétaires de véhicules. En Europe aussi, le ciel s'assombrit. La Commission européenne a annoncé mardi qu'elle allait intenter une action en justice contre l'Etat italien, Bruxelles accusant Rome de ne pas avoir bien traité le dossier des soupçons de manipulation des émissions entourant Fiat Chrysler.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect