Le Grand prix de F1 prolongé à Francorchamps jusqu'en 2021

©BELGAIMAGE

Le ministre wallon de l’Économie, Pierre-Yves Jeholet, et Liberty Media ont signé le contrat prolongeant le GP. Plus de 200.000 tickets ont déjà été vendus pour l’édition 2018.

Bonne nouvelle pour la Wallonie et les amoureux du Grand prix de Formule 1. Selon nos informations, les autorités wallonnes et les dirigeants américains de Liberty Media (désormais propriétaires de la franchise) ont paraphé l’accord prolongeant l’événement phare du sport automobile dans les Ardennes belges pour les trois prochaines années.

Le contrat actuel arrive à expiration avec l’édition 2018 du Grand prix qui se déroulera le dimanche 26 août prochain. Le nouvel accord maintient la course sur le circuit de Spa-Francorchamps jusqu’en 2021. "C’est un bon accord qui assure le maintien en Wallonie d’un événement qui contribue à la promotion de la région à une échelle mondiale. C’est aussi une nouvelle ère puisque c’est la première fois que nous négocions avec les dirigeants de Liberty Media", nous a confirmé le ministre wallon de l’Économie, Pierre-Yves Jeholet (MR).

Selon nos informations, le prix du plateau augmenterait de 3 à 4% dans l’accord signé, mais les Wallons auraient la maîtrise de la restauration, de la vente des tickets, etc. Certains postes auraient augmenté de 2 à 3%, mais d’autres auraient baissé de 5%. L’un dans l’autre, la Wallonie n’est pas lésée dans le nouvel accord. Actuellement, le prix du plateau est d’environ 19 millions d’euros.

Le ministre Jeholet se dit très content du travail réalisé par les mandataires wallons qui ont réalisé un travail "remarquable" en préservant les intérêts de la Wallonie tout en négociant les termes d’un contrat équilibré.

Négociateurs redoutables

La mission des négociations pour le nouveau bail de la F1 à Francorchamps a été menée par un trio composé du comte Étienne Davignon, ancien président de Spa Grand prix (société d’organisation du GP de F1 en Wallonie), Renaud Witmeur, président du comité de direction de la Sogepa (bras financier de la Région wallonne et actionnaire de Spa Grand prix) et Melchior Wathelet, président de Spa Grand prix. "Ils ont été redoutables en négociation et ont bien défendu le dossier wallon", nous a confié une source proche du dossier.

Également vice-président du gouvernement wallon, Pierre-Yves Jeholet juge le contrat d’autant plus intéressant que les trois jours de course ont des retombées pour l’économie wallonne et belge. "Les retombées pour l’économie wallonne étaient de 20,5 millions d’euros pour l’édition 2017, en progression de 21% par rapport à l’édition 2016. Les retombées sont de 29 millions pour la Belgique. Le Grand prix de F1 a aussi généré 4,75 millions d’euros de recettes fiscales. 95.965 billets ont été vendus, un chiffre en hausse de 7,5%", poursuit-il. Il rappelle que le retour sur investissement est de 315%: "J’aurais été peiné de perdre le Grand prix au profit d’un pays émergent".

Outre les emplois directs liés au circuit (38 collaborateurs pour la société de gestion du circuit et 8 personnes pour Spa Grand prix), il y a également les emplois indirects qui dépendent de l’événement principalement dans l’Horeca. Par ailleurs, si Francorchamps perd son accréditation F1, le circuit risque de voir aussi d’autres activités d’incentives lui passer sous le nez, car des organisateurs s’y ruent en raison de l’étiquette F1.

D’après le bilan de l’édition 2017, 90.185 billets ont été achetés par des étrangers. Ils représentent près de 94% des spectateurs. 3.646 billets ont été achetés par des néerlandophones et des Bruxellois ainsi que 2.133 par des Wallons en 2017.

Réduire le déficit

Au niveau financier, le Grand prix n’est pas rentable à l’instar du résultat réalisé par le championnat sur les autres circuits, surtout en Europe. Le ministre Jeholet en est conscient, mais il rappelle au passage que l’édition 2017 a réduit le déficit de 24% à 6,5 millions d’euros. La Région wallonne va encore combler ce déficit. Mais le vice-président wallon demande aux acteurs du circuit d’intensifier les synergies pour développer des activités afin de réduire la perte. Ces acteurs sont les dirigeants du circuit de Spa-Francorchamps, la société de gestion du circuit de F1 et ceux de Spa Grand prix, la société d’organisation de l’événement en Wallonie.

Selon des sources proches du dossier, le nouveau contrat négocié avec Liberty Media pourrait même aider la Wallonie à réduire le déficit de l’événement d’environ un ou deux millions d’euros. "Tout dépend du nombre de spectateurs et du cours dollar. Mais si on arrive à attirer autant de spectateurs qu’en 2017 et si le cours du dollar ne change pas trop, on devrait enregistrer une réduction du déficit de 1 à 2 millions", nous a-t-on confirmé.

Spa dans les 4 premiers GP

Divers éléments auraient joué en faveur du dossier de Spa-Francorchamps. Il y a notamment le fait que c’est une infrastructure appréciée par les pilotes et, d’après une étude auprès des fans (F1 Fan Survey), elle fait partie des quatre courses historiques que les spectateurs jugent incontournables avec Monaco, Monza et Silverstone. L’accord qui garantit la F1 à Francorchamps tombe à temps, car les organisateurs de GP doivent envoyer leurs souhaits de dates pour les nouveaux contrats (à partir de 2019) d’ici la mi-juillet. Selon des sources proches du dossier, les Wallons ont demandé le maintien de la date de la course vers la fin août. "C’est plus facile à commercialiser, c’est devenu un rendez-vous traditionnel des spectateurs", dit-on.

L’édition 2018 s’annonce avec de belles perspectives. Selon des dirigeants de Spa Grand Prix, un peu plus de 200.000 tickets ont été vendus pour les trois jours de l’événement (24-26 août) dont quelque 75.000 billets pour le dimanche 26 août, grand jour de la course. L’an dernier, l’édition 2017 du GP de F1 avait drainé environ 265.000 spectateurs durant les trois jours. "Par rapport à 2017, on est au même niveau que lors de la vente des tickets en 2016. C’est une bonne chose puisqu’on avait battu des records", se réjouit André Maes, directeur général de Spa Grand prix.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect