Moins de Belges envisagent la voiture électrique. Pourquoi?

©Photo News

25% des Belges envisagent l’achat d’une voiture électrique selon une étude de Roland Berger. Il y a deux ans et demi, ils étaient encore 35% à l’envisager. Le prix reste le plus gros obstacle.

Dans un monde automobile en plein changement, les consultants de Roland Berger ont lancé leur "Automotive disruption radar", il y a deux ans et demi environ. "Cette industrie va devoir se réinventer totalement. Tous les acteurs doivent se mobiliser pour voir vers où l’on va et à quelle vitesse il est nécessaire de s’adapter", insiste François Castelein, partner chez Roland Berger. Voiture autonome, électrification des véhicules ou nouveaux modes de mobilité sont de ces révolutions que tout le secteur prédit. Mais dans le même temps, il ne faudrait pas non plus négliger le business plus classique de ces constructeurs.

"Pour arriver à 30% de voitures électriques en 2030, il faudra investir autant dans la production de voitures que dans celle de batteries."

Prenez les voitures électriques: la croissance du véhicule est bien là. Pour rappel quelque 3.700 véhicules entièrement électriques ont été écoulés en Belgique en 2018 et la tendance s’accélère en 2019, avec l’arrivée de nouveaux modèles comme la Tesla Model 3. Pourtant le "radar" de Roland Berger donne aussi une autre réalité que l’on ne retrouve pas dans les chiffres. "Il y a deux ans et demi, 35% des Belges se disaient prêts à acheter des voitures électriques contre 25% des gens aujourd’hui", pointe Anthony Santino du bureau bruxellois de Roland Berger. Le Belge est donc bien en dessous de la moyenne de 40% dans les 17 pays concernés par l’étude.

1.074 Belges ont été interrogés par les équipes de Roland Berger. 60% d’entre eux estiment que le prix des voitures électriques est trop haut et 35% des interrogés estiment que le manque d’infrastructures de recharge constitue un frein. 35% des interrogés pointent aussi une autonomie trop faible des véhicules.

1,4
.
En Belgique, on ne compte que 1,4 station de recharge pour 100 kilomètres de route selon les chiffres de Roland Berger contre 29,3 stations aux Pays-Bas ou 8,3 stations en Chine.

En Belgique, on ne compte que 1,4 station de recharge pour 100 kilomètres de route selon les chiffres de Roland Berger contre 29,3 stations aux Pays-Bas ou 8,3 stations en Chine. Dans le même temps, le nombre de villes avec des restrictions d’accès pour les moteurs thermiques va grandissant. Sur les 221 villes analysées, "le nombre des villes avec restrictions a plus que doublé en deux ans. La restriction de la conduite en ville est une tendance de fond", remarque François Castelein.

Tout ceci devrait peut-être encourager la Belgique de l’automobile à évoluer plus vite. Car dans le classement de Roland Berger, la Belgique est l’une des moins bien classées dans son adaptation à la mobilité et à la voiture de demain, derrière l’ensemble des pays européens étudiés. Au niveau international, la Chine, Singapour, les Pays-Bas et la Corée du Sud dominent le classement. Il est intéressant de noter que dans les 17 pays étudiés, le nombre de véhicules électriques vendus a augmenté de 47% en un an. Dans le top 10 des modèles électriques vendus sur ces 17 marchés, il y a 7 voitures chinoises…

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect