Musk forcé de démissionner du poste de président de Tesla

©REUTERS

Suite aux poursuites pour fraude qui le visaient, le fantasque patron de Tesla, Elon Musk, a conclu un accord avec le gendarme de la bourse américaine qui l'oblige à démissionner de son poste de président du CA de Tesla et à payer une amende de 20 millions de dollars, tout comme Tesla.

L'emblématique fondateur de Tesla, Elon Musk a conclu un accord à l'amiable avec le gendarme de la bourse américaine (SEC), qui l'accuse de fraude, au terme duquel il abandonne la présidence du conseil d'administration mais reste directeur général, selon un communiqué de la SEC.

Musk et Tesla doivent également payer 20 millions de dollars d'amende chacun, selon les termes de l'accord rendu public ce samedi soir. A son poste de directeur général, il continuera d'être responsable des opérations du constructeur automobile, qui traverse une phase délicate au moment où il essaye de livrer un modèle de voiture électrique de moyenne gamme et de le fabriquer en masse.

Elon Musk ne pourra pas se représenter à la présidence du conseil d'administration de l'entreprise pendant trois ans.

Selon l'accord, Tesla devra aussi nommer deux aministrateurs indépendants au conseil d'administration, dont l'un prendra la présidence. Un moyen pour le gendarme de la bourse de s'assurer que le fantasque patron de Tesla soit mieux supervisé par son conseil d'administration, tout comme sa communication.

Elon Musk, qui devra démissionner de son poste dans les 45 jours, ne pourra pas se représenter à la présidence du conseil d'administration de l'entreprise pendant trois ans.

Le milliardaire avait créé la stupeur en affirmant dans un tweet, en cours de séance le 7 août, qu'il voulait retirer son groupe de la Bourse lorsque l'action atteindrait 420 dollars et qu'il avait pour ce faire déjà sécurisé les financements nécessaires. Il n'en était rien, a accusé la SEC. Aussi dans une plainte déposée jeudi soir, elle a accusé de fraude le patron du groupe automobile et demandé qu'il ne puisse plus diriger d'entreprise cotée en Bourse.

Cet accord à l'amiable "est dans le meilleur intérêt de nos marchés et nos investisseurs, y compris les actionnaires de Tesla", a déclaré le président de la SEC, Walter Joseph Clayton.

L'obsession du Model 3

En revanche, Elon Musk reste directeur général de Tesla et continuera donc d'être responsable des opérations du constructeur automobile au jour le jour.

Né il y a 15 ans, Tesla profite largement de l'engouement de nombreux investisseurs pour la personnalité de M. Musk, beaucoup voyant en lui un bouillonnant visionnaire de génie dont le départ aurait pu signifier l'arrêt de mort d'une entreprise qui fabrique autant un moyen de transport qu'un bijou de tehnologie. "Musk est effectivement Tesla", résume David Whiston, analyste chez Morningstar.

Symbole de son entreprise et sa marque, il s'y donne corps et âme, répondant directement aux clients via son compte Twitter à toute heure, n'hésitant pas à dormir dans son usine de Fremont, près de San Francisco, pour tenir les objectifs de production de son dernier-né, le Model 3.

Pari tenu selon Elon Musk, avec comme prévu 5.000 véhicules produits chaque semaine depuis fin juin, après de gros retards de production. Victime de son succès, elle connaît maintenant des retards de livraison.

Cette voiture - dont le prix démarre pour l'instant à 49.000 dollars (avant une configuration à 35.000) contre environ 75.000 pour le Model S - est censée permettre à Tesla de pénétrer le segment moyen de gamme et d'atteindre une production de masse.

Résultat, même si Tesla n'a dégagé de bénéfices que sur deux trimestres en 15 ans et continue actuellement de brûler des centaines de millions de dollars chaque trimestre, sa valorisation boursière avoisine celle de General Motors.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect