Noshaq finance le développement de Carat Duchatelet

Carat Duchatelet aménage et blinde des véhicules de prestige pour hommes d'État, millionnaires et forces de l'ordre. ©Debby Termonia

L'invest liégeois soutient le fleuron automobile de sa région en participant à son augmentation de capital. La société spécialisée dans le blindage et le remontage des voitures de luxe récupère au passage son ancienne dénomination sociale.

La société Carat Duchatelet, réputée pour son activité dans le blindage et la customisation de voitures de luxe pour hommes d’État et riches hommes d'affaires, accueille un nouvel actionnaire: Noshaq, l'invest de la région liégeoise, vient d'entrer dans son tour de table, a-t-on appris à bonnes sources. Il a participé à une augmentation de capital de 800.000 euros en y souscrivant la plus grande part, soit 500.000 euros. Et il a fourni un effort supplémentaire en octroyant à la société de Bressoux un prêt du même montant (500.000 euros). Accessoirement, on a aussi appris que Capital People, le nom de la structure qui avait repris l'activité après la faillite en 2014, a changé de nom pour s'appeler désormais "Carat Duchatelet", ce qui lui simplifiera la vie.

1,3
millions €
En deux opérations, en capital et en prêt, Carat Duchatelet a vu ses ressources augmenter de 1,3 million d'euros.

Le fleuron liégeois a été repris deux fois ces six dernières années. En 2014, après la faillite, l'activité avait été relancée par Francis Rosette. Puis en 2018, elle avait fait l'objet d'une réorganisation judiciaire: à cette occasion, Vincent Lambert avait repris les rênes de l'entreprise. Depuis, Carat Duchatelet a enregistré de meilleurs résultats, comme on peut le voir en comparant ses comptes 2018 et 2019 (clôturés à fin mars). Sur une base de chiffre d'affaires comparable, de l'ordre de 7,5 millions d'euros, la société est passée d'une perte d'exploitation de 1,7 million à un bénéfice de 1,2 million, et d'une perte nette de 2 millions à un profit net de 1 million.

Grosse commande

Restaient ses capitaux propres, devenus négatifs suite aux pertes reportées. Les actionnaires emmenés par Vincent Lambert ont augmenté une première fois le capital dans le courant de 2018, à hauteur de 600.000 euros. Ils viennent donc de le doper une deuxième fois avec le concours de Noshaq.

Les marges bénéficiaires de Carat Duchatelet ont été restaurées et son carnet de commandes s'est étoffé.

Du côté du terrain, les nouvelles sont plutôt bonnes ces derniers temps. Carat Duchatelet a décroché récemment une grosse commande pour la police fédérale belge. On parle d'une trentaine de véhicules. La trésorerie de l'entreprise restait toutefois sous tension; c'est dans ce contexte que Noshaq a décidé d'y investir. Les marges bénéficiaires de Carat Duchatelet ont été restaurées et son carnet de commandes s'est étoffé grâce au nouveau management mis en place depuis deux ans, a estimé l'invest. La direction a une vision claire et a bien initié son redéploiement stratégique. Autant de raisons pour que Noshaq soutienne cette activité basée sur un savoir-faire original et "100% liégeois".

Les deux autres investisseurs ayant participé à l'augmentation de capital sont Vincent Lambert et Benoît Ceulemans, ses deux CEO, qui ont versé chacun 150.000 euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés