Tesla mord la poussière à Wall Street, la faute au patron

Elon Musk, le patron de Tesla, se met encore la SEC à dos. ©Photo News

Elon Musk s'en est pris sur Twitter à la SEC, l'autorité de contrôle des marchés US, en la qualifiant de "Commission d'enrichissement des vendeurs à découvert" quelques jours seulement après avoir négocié avec elle un arrangement pour mettre fin à une enquête pour fraude. Sur les cours, l'action du constructeur auto est redescendue en une séance à son niveau du mois d'avril.

L'accalmie n'aura duré qu'une petite semaine. Elon Musk, qui a signé un accord avec le gendarme boursier samedi dernier, l'a tourné en ridicule ce jeudi. Cet accord, qui doit permettre au trublion de la cote d'éviter des poursuites judiciaires pour "fraude", prévoit pour rappel qu'Elon Musk abandonne la présidence de l'entreprise qu'il a fondée mais conserve le poste de directeur général. Tesla et son patron doivent en outre payer, chacun, 20 millions de dollars d'amende. 

Ce jeudi, à la fermeture des marchés américains, Elon Musk est revenu à la charge, ironisant sur twitter: "Juste pour dire que la 'Shortseller Enrichment Commission' (littéralement la Commission d'enrichissement de l'investisseur à court-terme, NDLR) fait un super travail. Et le changement de nom est parfait", a écrit le tumultueux milliardaire. 

Il s'agit d'une allusion aux 'shorters', ces investisseurs qui parient sur l'effondrement d'un titre en Bourse, l'une des bêtes noires récurrentes du milliardaire. De son vrai nom, la Securities and Exchange Commission (SEC), avait déposé plainte la semaine dernière contre Elon Musk, estimant qu'il avait trompé les investisseurs en assurant dans un autre tweet daté du mois d'août qu'il comptait retirer son entreprise de la Bourse et avait assuré le financement de l'opération. Selon la SEC, il n'en était rien et les investisseurs ont pâti des fluctuations du titre, qui avait au final très fortement reculé, liées à cette annonce surprise de Musk. Une intention rapidement jetée aux oubliettes, d'ailleurs.  

Réactions en chaîne 

Le tweet d'Elon Musk a suscité des milliers de réactions sur la toile, certains utilisateurs remettant en cause la capacité de jugement de l'homme d'affaires. "Sérieusement? Vous savez que vous avez toujours besoin de leur aide pour convaincre un juge que la sanction reçue est suffisante (...) Peut-être qu'une amende de 420 millions aurait été plus appropriée?" écrit un utilisateur de Twitter. Elon Musk lui répondu "le contraire est vrai". 

L'arrangement de Tesla avec la SEC prévoit également que le conseil d'administration du groupe mette en oeuvre une procédure de contrôle sur la communication d'Elon Musk avec les investisseurs, y compris ses tweets. Thomas Gorman, associé chez Dorsey & Whitney, pense qu'Elon Musk peut faire valoir que sa dernière sortie sur Twitter constitue une simple "complainte personnelle", qui n'enfreint en rien l'accord avec la SEC.  

Sur les marchés, la comm' de Musk a encore joué des tours au titre du constructeur auto. Tesla   a lâché près de 7,05% à 261,95 dollars, soit le niveau auquel s'échangeait le titre en avril dernier.  

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content