Voitures: c'est la chasse aux bonnes affaires

Bloomberg ©Bloomberg

Les constructeurs automobiles, en crise, soldent leurs voitures... en Belgique. L’effondrement de la demande en Europe du sud a entraîné des surplus de stocks que le secteur tente d’écouler dans d’autres régions. La Belgique, avec une demande qui reste plus soutenue, est devenue un vrai terrain de chasse au client. -15%, -25%, -35%,… les bonnes affaires foisonnent dans les concessions du pays.

Deals "Last Minute", chez VW. "Course aux stocks" chez Opel. Avec ses "conditions du mois", Renault ristourne, de son côté, jusqu’à 35% sur ses modèles phares. On se croirait dans les allées du Maasmechelen Village ou au cœur des plus grands shopping centres de Bruxelles. En ce début d’été, c’est pourtant bel et bien dans les concessions automobiles que se font les soldes.

Le malheur du secteur…

Avec un marché qui s’est effondré de 6,8% en Europe depuis le mois de janvier, la plupart des constructeurs sont malmenés.

Les Français, les Allemands, Fiat, Ford et les autres espéraient une stabilisation de la demande continentale, après une année 2012 catastrophique sur le plan commercial dans l’Union. Ils avaient planifié leur production en proportion.

Conséquence: leurs usines débordent de voitures qu’il faut vendre à "tout prix" pour éviter que gonflent les coûts fixes. Au grand bonheur du consommateur… belge.

"Notre marché reste plus solide que l’Espagne ou l’Italie. Les groupes nous utilisent pour écouler leurs invendus", nous révèle un concessionnaire indépendant pour expliquer les offres bradées affichées en vitrine.

Il a lui-même négocié un stock de quarante citadines qu’il pourra vendre, avec l’accord de son constructeur, 20% sous le tarif catalogue en conservant sa marge.

Marie, 26 ans, sort du magasin, ravie. Elle a négocié la voiture de ses rêves à 10.500 euros au lieu des 16.500 euros fixés sur papier.

"Ils ont repris mon ancien véhicule en guise d’acompte. Mais il ne valait plus grand-chose!", s’enthousiasme-t-elle. "Personne ne peut comprendre les maux qui touchent actuellement notre secteur. Ce qui importe, c’est que notre réseau de distributeur continue d’avoir du travail et reste rentable", justifie le représentant belge de la marque en question.

…fait le bonheur des Belges

Pour beaucoup de monde, le sujet est tabou. Mais il suffit de pousser la porte d’un showroom ou de deux clics pour comprendre que tous les constructeurs généralistes se trouvent dans une situation comparable.

Dans ses promos d’été, consultables sur son site web, Ford Belgique propose des Fiesta de stock 31% moins chères que dans ses catalogues (8.995 euros d’entrée de gamme). Son autre pépite, la Focus, s’acquiert pour 11.990 euros (-28%).

Les réductions sont comparables chez Opel. La Corsa y est annoncée à 11.892 euros (version 5 portes essence), soit un rabais de 2.672 euros sur le montant initial (-18,3%). Pour l’Astra, c’est 3.600 euros de moins que les 18.174 euros (-19,8%) de base. Opel offre aussi au candidat acquéreur l’opportunité de gagner un plein gratuit.

Cabriolet et grosse Passat

Le soleil aidant, un vendeur bruxellois de Fiat soldait ce week-end une dizaine de petites "500" cabriolet: -3.500 euros par pièce, en cas d’achat immédiat.

La palme de la ristourne revient à Renault. La marque au Losange écoule, en ligne et jusqu’au 31 juillet, quarante-six Twingo "Expression" au prix "action" de 7.500 euros (10.800 euros catalogue). Tous les "Grand Scénic" tarifés à 17.190 euros soit une remise de 8.160 euros! sont déjà partis.

Même Volkswagen, champion des ventes et des bénéfices, est obligé de s’y mettre pour rester concurrentiel. Le constructeur teuton propose 500 euros de primes sur sa best-seller, la Golf; et 1.000 euros sur ses Polos.

Cela, avant que les négociations commencent… Et plus on monte en gamme, plus les promotions sont attractives.

Jean, la quarantaine, est reparti avec une Passat "full équipée" d’une valeur de 35.000 euros pour 22.000, après revente de son (très) vieux véhicule. "Sur chaque pack d’options auquel j’ai souscrit, j’ai obtenu 50%. Ils ont volontairement surévalué mon ancienne voiture pour réduire l’ardoise", indique-t-il.

On pourrait croire que les bonnes affaires ne valent que pour les véhicules en fin de cycle, pour lequel la demande s’est étiolée. L’expérience de Kévin (30 ans) le dément. Les nouvelles voitures n’échappent pas à la braderie. Jeune cadre dynamique, Il a obtenu plus de 15% d’avantages sur sa future Peugeot 2008. Pourtant le petit Crossover est en rupture de stock. Kévin devra même attendre trois longs mois avant d’être livré…

Fin juin, une étude de la sérieuse université de Duisbourg-Essen révélait que le prix moyen d’une voiture avait chuté de 12,6% sur les derniers mois en Allemagne. La Belgique n’est clairement pas en reste.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés