Accord pour les clients du dieselgate en Allemagne

Les équipes de l'association des consommateurs allemande, VZBV étaient tout sourires ce vendredi. ©AFP

Une compensation de 2.000 euros par client a été négociée en Allemagne dans le cadre du dieselgate. Test-Achats ne désespère pas que les clients belges obtiennent aussi une compensation.

Volkswagen est parvenu à un accord à l'amiable avec l'association de consommateurs VZBV, représentant quelque 400.000 clients, qui pourrait mettre fin au mégaprocès du "dieselgate" en Allemagne. La première version de l'accord avait capoté sur des détails comme les frais d'avocats. Finalement, un accord a bien été trouvé. 830 millions d'euros d'indemnités sont prévus, soit un peu plus de 2.000 euros par client

"On espère toujours que l'on sera aussi indemnisés"
Jean-Philippe Ducart
Test-Achats

Les requérants, rassemblés dans cette première "procédure modèle" allemande, similaire à une "class action" à l'américaine, demandent réparation pour leurs voitures équipées de moteurs diesels truqués. Le groupe automobile est accusé d'avoir délibérément nui à ses clients en installant à leur insu un logiciel faisant paraître les véhicules moins polluants qu'ils ne l'étaient en réalité.

Espoirs belges

Test-Achats se félicite de cet accord et espère que cette issue pourra se réitérer en Belgique. L'association de protection des consommateurs belge s'est réunie avec trois associations similaires, Altroconsumo (Italie), OCU (Espagne) et Deco Proteste (Portugal) pour mener le combat.

©AFP

Les associations ne comprennent pas qu'un traitement différencié entre citoyens européens soit autorisé par la Commission européenne. Ils l'ont fait savoir en février. "Nous appelons à nouveau la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, à défendre les intérêts de tous les consommateurs européens, quelle que soit leur nationalité", disaient-ils alors au sein de leur association supranationale, Euroconsumers.

En Belgique, la "class action" suit son cours. Les associations sont de retour au tribunal après une première phase de discussions qui s'est terminée en octobre. "Pour le moment, on espère toujours que l'on sera aussi indemnisé", nous explique Jean-Philippe Ducart de Test-Achats. "En Belgique le délai de négociations a été prolongé plusieurs fois à la demande de Volkswagen, puis cela a capoté", dit-il.

830
millions d'euros
L'accord allemand prévoit 830 millions d'euros pour dédommager 400.000 consommateurs.

Le scandale remonte à septembre 2015, quand le géant automobile allemand a avoué avoir équipé 11 millions de véhicules de logiciels truqueurs, et il hante depuis l'industrie automobile allemande. Les grands patrons des constructeurs automobiles se plaignent souvent d'avoir perdu toute crédibilité et de ne plus être écoutés depuis par les autorités.

L'essentiel des plus de 30 milliards d'euros en frais juridiques, amendes et dédommagements déboursés par Volkswagen l'a été pour l'heure aux États-Unis, notamment pour indemniser les clients pour la reprise de leurs véhicules. Des indemnisations ont également été négociées en Australie.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés