Aston Martin veut rouler des mécaniques à la Bourse de Londres

Sean Connery et son Aston Martin dans "Goldfinger" (1964). ©BELGAIMAGE

Le constructeur automobile Aston Martin veut faire son entrée sur le marché londonien. Cette opération dont les détails sont attendus pour le 20 septembre devrait valoriser la société à plus de 5 milliards d'euros.

Le constructeur automobile Aston Martin, dont les voitures de sport font le bonheur de James Bond, annonce son intention d'entrer prochainement à la Bourse de Londres. L'opération pourrait le valoriser à 5 milliards de livres (environ 5,5 milliards d'euros). Le groupe britannique indique que les détails de cette entrée seront publiés le 20 septembre.

Des spéculations à propos d'une telle manoeuvre allaient bon train depuis quelques temps déjà pour l'entreprise plus que centenaire (créée en 1913).

L'opération devrait consister notamment en la vente d'actions de la part de ses actuels propriétaires:

→ le fonds italien Investindustrial
→ des investisseurs koweïtiens

Le constructeur allemand Daimler, qui possède 4,9% des parts, devrait rester actionnaire, a précisé Aston Martin.

Le groupe prévoit de mettre sur le marché au moins un quart de son capital et s'attend à ce que son action intègre les principaux indices de la Bourse de Londres - au moins le FTSE 250 voire l'indice vedette FTSE 100.

Cette entrée sur le marché représenterait la plus marquante dans le secteur automobile depuis celle du constructeur de prestige Ferrari à la Bourse de Milan le 4 janvier 2016. La valeur de l'action de la marque au cheval cabré a plus que doublé depuis.

 

Après des difficultés en début de décennie, Aston Martin se porte mieux. Il affiche pour les six premiers mois de l'année, un résultat brut d'exploitation de quelque 106 millions de livres (+14%) pour un chiffre d'affaires proche des 450 millions (+8%). Des résultats aidés par le lancement de nouveaux modèles sur le marché du luxe chinois.

Le groupe avait annoncé récemment sa volonté de construire une série de 25 exemplaires de sa légendaire DB5, la mythique voiture qui apparaît dans le film Goldfinger en 1964, où le rôle de James Bond est tenu par Sean Connery.

Ses voitures se sont vendues au prix moyen de 167.000 livres au premier semestre (184.000 euros).

 

©EPA

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content