reportage

Au volant de la première Audi électrique produite à Forest

Dans le désert d’Abu Dhabi, l’Audi électrique produite à Forest a été testée par la presse internationale. Un début prometteur pour un véhicule essentiel pour l’économie belge et le futur électrique de la marque aux quatre anneaux. ©Jean Dujardin

Nous avons testé l’Audi électrique produite à Forest lors des tests internationaux à Abu Dhabi. La marque aux quatre anneaux s’attaque à Tesla et Jaguar dans le segment du véhicule électrique haut de gamme. Et répond aux attentes sur autoroute, en conduite sportive comme écologique et même hors des chemins battus.

Quand on connaît l’histoire de l’usine automobile de Forest, de l’époque D’Ieteren à Volkswagen jusqu’à Audi Brussels et son "électrification" récente, l’instant a quelque chose de solennel. À Abu Dhabi, capitale des Emirats arabes unis, parmi les journalistes du monde entier, une poignée de Belges découvrent la première Audi 100% électrique produite dans l’usine bruxelloise. Nous en faisons partie.

Premier essai de l'Audi e-tron "Made in Brussels"

L’Audi e-tron, le premier véhicule entièrement électrique de la marque aux quatre anneaux est une voiture cruciale pour la société bavaroise. Ce gros SUV est censé propulser Audi vers le futur. 2.700 emplois directs à l’usine d’Audi Brussels dépendent de son succès. À l’heure de prendre place dans le véhicule, on mesure l’importance du véhicule pour notre économie. Quelques heures plus tard, les premiers verdicts tombent. Le défi d’Audi semble réussi. L’avis est partagé chez les confrères belges et internationaux. "Elle fait encore moins de bruit que la Jaguar I-Pace", nous dit un journaliste automobile australien. Sur l’autoroute, on est au volant d’une Audi, on en oublierait presque que le véhicule est électrique. L’intérieur, la finition d’Audi est au rendez-vous.

Accélération silencieuse

20.000
Plus de 20.000 préréservations avec acompte de 2.000 euros remboursables ont déjà été enregistrées par Audi pour son SUV e-tron.

À vitesse plus réduite, les accélérations, véhicule électrique oblige, sont impressionnantes. En dehors des chemins battus en off-road ou dans le sable, le côté électrique du véhicule en rajoute une couche. La voiture développe énormément de couple avec un bruit minimum. Une drôle de sensation. "Nous avons décidé très tôt de développer nous-mêmes l’électrique pour avoir les compétences adéquates. On devait apprendre depuis le début. Avec le recul c’était une très bonne décision", explique Joachim Doerr, l’ingénieur en charge du groupe motopropulseur électrique de l’e-tron. Pas question donc pour Audi d’acheter un moteur électrique chez un équipementier. Le tout est développé en interne. La batterie de 95 kWh est assemblée en Belgique dans l’usine d’Audi de Forest. Les cellules proviennent de fournisseurs asiatiques.

Restons concentrés! Deux Suisses se sont ensablés dans les dunes la veille, un confrère de la presse belge a aussi dû être extirpé à l’aide d’un gros véhicule. Pas de mésaventure du style pour nous. On nous avait prévenus: "L’essentiel c’est de ne pas freiner dans le sable." Nous n’avons pas ménagé la voiture. Sur certaines autoroutes d’Abu Dhabi, on roule à 140 km/h. Un peu plus tard nous testons une montée dynamique sur les collines d’Al-Aïn. Malgré notre comportement peu économe, on devrait arriver à 320-350 kilomètres d’autonomie sans problème. En redescendant la montagne, on regagne d’ailleurs 8 kilomètres d’autonomie grâce à l’énergie cinétique.

30% de la capacité de la batterie est due à la récupération d’énergie. Une récupération qui fonctionne quand on lâche la pédale ou quand on freine. Le niveau de récupération est réglable. Contrairement à d’autres véhicules électriques, l’Audi e-tron ne nous a jamais paru désagréable pour le passager avec le freinage automatique à chaque fois que l’on lâche l’accélérateur.

Aérodynamisme optimal

L’Audi e-tron affiche 400 kilomètres d’autonomie selon le nouveau cycle d’homologation WLTP. Une autonomie qui se veut donc proche de la réalité avec un cycle mixte d’une moyenne de 43,5 km/h. En conduisant à l’électrique, on se rend compte de l’énergie nécessaire pour rouler à grande vitesse. "À 120 km/h, 66% de l’énergie nécessaire est due à la résistance de l’air. Si vous descendez à 110 km/h, vous gagnez 25 kilomètres d’autonomie", explique Moni Islam, spécialiste du développement aérodynamique du véhicule.

 

Dans une voiture électrique, où l’autonomie est devenue si importante, l’aérodynamisme est un élément crucial. Tout est donc pensé pour l’optimaliser. L’air peut passer en dessous de la voiture ou rentrer par la calandre active pour refroidir la batterie. Un algorithme décide automatiquement d’ouvrir ou non l’arrivée d’air. Quand l’air ne rentre pas, la voiture gagne 8 km d’autonomie. "Nous avons le meilleur coefficient de traînée dans ce segment. Il est meilleur que celui de la Q7", se félicite Islam. Ceci est notamment rendu possible grâce à la nouveauté la plus visible sur l’e-tron: les rétroviseurs latéraux digitaux. Fini les miroirs, ils sont remplacés par des caméras et des petits écrans à l’intérieur de l’habitacle. Cela met un peu de temps pour s’y habituer, mais cette nouveauté, en option, permet de gagner 2 kilomètres d’autonomie et de diminuer le bruit du véhicule sur autoroute. Ces rétroviseurs digitaux, une première sur le marché européen, promettent aussi de réduire l’angle mort. L’un dans l’autre l’Audi e-tron gagne 35 kilomètres d’autonomie grâce à son aérodynamisme.

Mais pourquoi présenter une telle voiture à Abu Dhabi? "Le climat est meilleur ici à cette période de l’année qu’en Allemagne, surtout en novembre", nous répond Christian Heer, en charge du marketing produit d’Audi. Pour les images, le rendu de la voiture est un point important.

Mais ce n’est pas une exception. Pour favoriser le succès commercial futur d’un véhicule, il est plus facile d’inviter des journalistes que d’amener des voitures aux quatre coins du monde en même temps. "Nous voulions montrer qu’une voiture électrique fonctionne bien, même dans des conditions extrêmes ici dans le désert d’Abu Dhabi", ajoute Christian Heer.

Défi commercial

Le défi commercial est grand. Jaguar est le premier constructeur haut de gamme à avoir répondu à Tesla avec un gros véhicule électrique. Sa I-Pace promet 480 kilomètres d’autonomie en WLTP, mais elle est un peu moins grande que l’Audi e-tron. Le vrai concurrent reste la Model X. "Cette voiture est bien meilleure que la Model X qui ne rivalise ni en accélération, ni en dynamique de conduite", nous explique un journaliste automobile japonais lors des tests. "C’est cher quand même", dit son collègue nippon. Ceci pour un véhicule qui coûte 20.000 euros de moins au bas mot que la Model X (qui oscille entre 99.000 et 160.000 euros selon les versions). "Dans notre pays, l’infrastructure de recharge reste un problème", dit-il.

Les premiers signaux commerciaux sont au vert. Ce véhicule à 82.400 euros a déjà enregistré plus de 700 préréservations en Belgique et plus de 20.000 à travers le monde. "C’est un très bon signal pour la voiture", dit Heer. Une caution de 2.000 euros permet de s’assurer une meilleure place dans la file d’attente de livraison. "À chaque communication, le nombre de préréservations augmente", souligne Sofie Luyckx, porte-parole d’Audi en Belgique.

"C’est un produit que l’on va soutenir en Belgique", nous assurait il y a quelques semaines Miel Horsten, le patron d’ALD Automotive en Belgique. Le succès du véhicule dépendra de sa valeur résiduelle dans les contrats de voitures de société. Au plus la valeur résiduelle est haute dans le contrat, au plus le loyer sera abordable. C’est la force historique des voitures Premium allemandes comme les Audi. "Les Allemands arrivent avec des produits électriques de haute qualité. Dans le même temps, on est rassurés sur les valeurs résiduelles. Car on a davantage d’expérience sur ces voitures-là. En plus, il y a une pression à la baisse sur les valeurs résiduelles de l’essence et du diesel", ajoutait Miel Horsten.

La commercialisation effective sera pour mi-janvier. En Belgique, les premières voitures sont attendues en concession à la mi-février et les livraisons en mars.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content