Audi Brussels envisage de réduire la production en 2021

©Bloomberg

Audi Brussels discutte en ce moment avec les syndicats pour renégocier les volumes de production. "La discussion est ouverte sur l’ampleur de la réduction", note un syndicat.

C'est avec un certain étonnement que les équipes d'Audi Brussels ont lu l'interview du CEO Volker Germann il y a 10 jours dans nos colonnes. Le CEO y faisait mention d'une production stable, voire de l'augmenter de quelques voitures par heure.

Il semble que le CEO parlait des quelques mois à venir, car il nous revient qu'en interne de l'usine, les craintes s'accumulent pour l'année prochaine. Direction et syndicats seraient en effet autour de la table. Ils discutent d'un programme de production moins grand qu'initialement prévu, pour l'année prochaine. Des discussions que nous confirme Grégory Dascotte, permanent MWB-FGTB chez Audi Brussels.

"Nous ne commenterons pas les chiffres de production pour 2021."
Peter D'Hoore
Responsable de la communication externe chez Audi Brussels.

L'ampleur de la diminution de production sur la table est confidentielle, mais le syndicaliste nous confirme qu'elle est "suffisante pour devoir adapter la façon de produire l'année prochaine".

"C'est classique, tous les ans nous renégocions les volumes. La discussion est ouverte sur l'ampleur de la réduction, et rien n'est décidé pour l’instant. Dans un mois, ça peut encore changer. Tout est très fluctuant pour l'instant", indique Louis Van Heddegem, permanent CSC-METEA chez Audi Brussels.

Audi Brussels compte actuellement 500 intérimaires sur 3000 travailleurs. "Notre point de vue, c'est d'essayer de garder la totalité du personnel", détaille Grégory Dascotte. La FGTB souhaite donc garder l'année prochaine une vitesse de production horaire proche de celle cette année. Dans ce cadre, elle focalise la négociation sur du chômage et/ou de la réduction du temps de travail.  

"Si on obtient 2 heures de réduction de temps de travail, cela revient à 12 jours par travailleur à financer."
Grégory Dascotte
Permanent MWB-FGTB

C'est un cheval de bataille des métallos en ces temps de crise de coronavirus, pas uniquement chez Audi. On y espère pouvoir réduire le temps de travail hebdomadaire de manière temporaire pour éviter les licenciements. "Avec une heure de temps de travail en moins, on récupère 6 jours de congé sur l'année. Si on obtient 2 heures, cela revient à 12 jours par travailleur à financer", détaille Dascotte.

"Véhicule le plus vendu de son segment"

Contactée, l'usine nous a répondu que "l'Audi e-tron continue d'être le véhicule le plus vendu de son segment dans le monde. Nous faisons actuellement tout notre possible pour atteindre le volume requis malgré le coronavirus."

Comme dans toutes les entreprises, une série de travailleurs doit en effet observer une quarantaine en ce moment, ce qui peut impacter, ci et là, la production horaire.

"Veuillez comprendre que nous ne commenterons pas les chiffres de production pour 2021", ajoute Peter D'Hoore, responsable de la communication externe à l'usine.

"Avec le Covid, l'industrie automobile européenne accuse une perte de production dépassant les 4 millions de véhicules, soit 122 milliards d'euros."
Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA)

Audi Brussels, comme toute l'industrie automobile, est dans le doute en ces temps de coronavirus. La surproduction guette le secteur. C'est d'autant plus le cas que la crise coûte cher à l'automobile. Avec le Covid, l'industrie automobile européenne accuse une perte de production dépassant les 4 millions de véhicules, soit 122 milliards d'euros, a ainsi rapporté mardi l'association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA).

Chez Audi, le CEO Markus Duesmann a indiqué, il y a une dizaine de jours, que malgré le boulot abattu par les équipes et une certaine reprise en septembre, les ventes de la marque seront en baisse cette année.

"Des discussions ont lieu au niveau mondial chez Volkswagen et Audi. Pour la fin de l'année, Volkswagen doit annoncer si toutes les entreprises (usines, NDLR) restent, ou si certaines devront fermer", détaille Louis Van Heddegem.

Nouveau modèle en 2023?

Ce dernier ne se fait pas de crainte "dans l'immédiat" pour l'usine de Forest, où Audi vient d'investir massivement. Mais il sait que rien n'est encore garanti pour plus tard. "Il y a actuellement des discussions sur ce qui va se passer en 2023/2024 pour l'arrivée d’un nouveau modèle", dit-il.

La production de l’e-tron est normalement prévue jusqu'en 2025 au moins. Le véhicule est aussi produit dans sa version sportive à Forest. Mais dans son siège bavarois, Audi travaille également à des versions électriques de ses Q5 et Q6. Audi va lancer un Q4 électrique en 2021, qui sera produit à Zwickau. Selon la presse spécialisée, le Q5 électrique est voué à remplacer à terme l’Audi e-tron. Le véhicule pourrait déjà être produit en 2023.

D'autres voitures importantes vont arriver d'ici 2023/2024. Audi Brussels est donc en train de plaider sa cause à Ingolstadt pour obtenir un modèle. Une réunion doit avoir lieu avec tous les directeurs d'usine au niveau mondial en novembre pour trancher notamment cette question. Il est en effet usuel de mettre les usines du groupe VW en compétition, comme s'il s'agissait d'entreprises indépendantes.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés