Carlos Ghosn veut assister au conseil de Nissan... le tribunal refuse

©REUTERS

Désormais libre et toujours administrateur des sociétés Renault, Nissan et Mitsubishi, Carlos Ghosn a tenté d'obtenir du tribunal l'autorisation d'assister ce mardi à la réunion du conseil d'administration de Nissan. La réponse est négative.

L'ancien patron de Nissan Carlos Ghosn, actuellement assigné à résidence à Tokyo, cherchait à obtenir l'autorisation du tribunal du district de Tokyo pour assister à la réunion du conseil d'administration du constructeur japonais prévue ce mardi. La requête a été rejetée par le tribunal de Tokyo, rapporte la chaîne NHK.

Carlos Ghosn a été libéré sous caution mercredi après avoir passé plus de cent jours au centre de détention de Tokyo pour répondre d'accusations de malversations. Cette remise en liberté fait suite au versement d'une caution d'un milliard de yens (7,9 millions d'euros). L'architecte de l'alliance Renault-Nissan a été inculpé d'abus de confiance aggravé. Il est accusé d'avoir minimisé ses revenus d'un montant de 82 millions de dollars chez Nissan pendant près de dix ans, jusqu'en 2018. Il nie les faits qui lui sont reprochés.

Vers un conseil commun

Même s'il a été démis de ses fonctions de président de Nissan, ainsi que des partenaires de l'alliance Renault et Mitsubishi, Carlos Ghosn reste administrateur des trois constructeurs, étant donné qu'une décision en AG est nécessaire pour mettre un terme à son mandat d'administrateur.

Dans la foulée de la réunion du conseil, les dirigeants de Renault, Nissan Motor et Mitsubishi Motors Corps (MMC) tiendront une conférence de presse commune; la première conférence commune depuis l'arrestation de l'ex-homme fort du groupe en novembre dernier.

D'après certaines sources, à l'agenda de cette réunion se trouve le projet de créer un conseil commun qui aurait pour mission de débattre des questions liées à l'alliance et d'avancer sur la voie de l'intégration des activités.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect