Publicité

Chez D'Ieteren, les syndicats dénoncent une procédure Renault d'une "violence inouïe"

Lundi, lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire, D'Ieteren a annoncé son intention de fermer deux sites "structurellement déficitaires". ©Photo News

Lundi, D'Ieteren annonçait son intention de fermer deux de ses centres. Les représentants des travailleurs évoquent, ce mardi, une procédure Renault d'une violence inouïe.

Un conseil d'entreprise s'est réuni, ce mardi, chez D'Ieteren afin de fixer un calendrier de réunions dans le cadre de l'annonce de la fermeture des sites de D'Ieteren Center Mail à Ixelles et de la carrosserie Wondercar située à Drogenbos.

Les représentants des travailleurs évoquent une procédure Renault "d'une violence inouïe" et une direction "détachée de la réalité", souhaitant avancer le plus vite possible.

"Discours moralisateur"

Selon la direction, cette décision découle de l'impossibilité de négocier avec la délégation syndicale sur l'alignement partiel des conditions d'emploi au marché.

"Le lancement d'une nouvelle Loi Renault est d'une violence inouïe envers les travailleurs."
Front commun syndical

En réaction, le front commun syndical dénonce "un discours moralisateur" visant à leur faire porter la responsabilité d'un "bain de sang social".

"Le lancement d'une nouvelle Loi Renault est d'une violence inouïe envers les travailleurs, déjà surchargés de travail par le départ récent de leurs collègues, épuisés par une grève que la direction les a forcés à mener par ses menaces", ajoute-t-il. Les syndicats annoncent vouloir essayer de sauver l'emploi autant que possible.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés