D'Ieteren à l'assaut du leasing de voitures d'occasion

©Lizy

Fini d’encaisser la décote des voitures neuves dans les loyers de leasing... D’Ieteren Auto lance Lizy, une plateforme numérique de leasing de voitures d’occasion qui promet des prix de 15 à 40% plus bas que du leasing classique.

Proposer des voitures d’occasion en leasing est un sujet dans l’air du temps. S’il existe quelques initiatives ici et là, D’Ieteren Auto enclenche la deuxième. Via sa filiale Lab Box, D’Ieteren Auto lance Lizy, une plateforme de leasing entièrement numérique dédiée à la pratique.

On peut y contracter des voitures de leasing en quelques clics. La plateforme innove sur plusieurs points. Le fait de proposer des voitures d’occasion permet de diminuer les loyers de "15 à 40%", promet-on chez Lizy.

Cela veut également dire que Lizy ne travaillera qu’avec des voitures d’occasion et donc de stock. Elles seront livrées dans les deux semaines à l’adresse du client. Fini donc de devoir passer via le concessionnaire. "On a des experts qui livrent les voitures et qui vont expliquer comment fonctionne toute la technologie embarquée. Cela permet d’avoir une relation directe avec les clients", pointe Sam Heymans, CEO de Lizy.

Flexibilité

L’autre grande innovation de la plateforme est la flexibilité de l’offre. Traditionnellement, les sociétés de leasing offrent des contrats de 4 à 6 ans. Lizy va proposer des leasing de 12 à 60 mois. Dans le futur Lizy devrait même offrir des contrats de 6 mois."Notre cible, ce sont des gens qui cherchent de la mobilité rapidement de manière flexible et pas trop cher. Beaucoup d’entrepreneurs ne sont pas contents du service offert par les sociétés de leasing classiques", explique Sam Heymans qui a notamment les PME dans le viseur.

"Le marché du travail évolue. On change plus souvent de fonction. Il y a une demande des entreprises d’avoir une offre de mobilité disponible immédiatement", détaille de son côté Jean-Marc Ponteville, porte-parole de D’Ieteren Auto.

Le fait de créer une start-up permet à D’Ieteren Auto d’éviter toutes les rigidités d’une grosse structure,  typiquement ce qui freine ce genre d’initiatives dans les grosses sociétés de leasing.

Lizy proposera deux types d’offres, un leasing opérationnel tout compris avec l’assurance, l’entretien, la réparation, l’assistance, etc. "Pour que le client ne doive que faire le plein et rien d’autre". Ou un "renting financier" avec option d’achat. Après une phase de test, il s’est en effet avéré que certains clients étaient demandeurs de ce type d’option.

Faire du leasing avec des voitures d’occasion fait sens. Le prix d’un loyer dépend en effet de la différence entre le prix neuf d’une voiture et sa valeur à la fin du contrat. Or une voiture neuve perd beaucoup de sa valeur en début de vie durant ses premiers mois, puis progressivement moins par la suite.

Fini la décote de jeunesse

Si on peut éviter que cette décote de jeunesse des véhicules neufs ne soit comprise dans les loyers, on diminue mécaniquement le prix du leasing.

Dès ce mercredi, il y aura déjà 60 à 70 voitures disponibles en ligne sur lizy.be. Dans un premier temps, Lizy emploie 4 personnes en full time et 3 freelance. La start-up pourra s’appuyer sur son actionnaire D'Ieteren pour le réseau de réparation et l’approvisionnement des voitures d’occasion.

"C’est intéressant d’avoir un canal de remarketing supplémentaire", indique Sam Heymans. C’est aussi "une manière de garder les voitures en Belgique. On a des super voitures qui ont deux ans maximum, c’est dommage de les offrir à des revendeurs intermédiaires", ajoute-t-il.

©Lizy

Chez D’Ieteren Auto, on estime en effet que ce type de service "permet de donner une nouvelle chance, une nouvelle vie à certaines voitures".

Une plateforme comme Lizy s’inscrit aussi parfaitement dans le nouveau budget mobilité. Avec un loyer plus bas, l’employé pourra en effet débloquer davantage de moyens pour financer d’autres moyens de transport.

Dans un premier temps, il s’agit de connaître les clients, mais Lizy anticipe une croissance importante assez rapidement et n’exclut pas d’exporter son offre à l’étranger en travaillant avec des dealers locaux. La plateforme ne travaille pour l’instant qu’avec des marques du groupe Volkswagen, mais envisage de s’ouvrir aux autres marques.

Entre la vente classique de voitures, en passant par des offres comme Lizy ou MyMove jusqu’aux voitures partagées Poppy, D’Ieteren veut être au carrefour de toutes les offres de mobilité et ne pas se laisser dépasser en tant qu'acteur historique en Belgique. "On essaye de coller le plus possible à l’évolution des besoins de mobilité en général", conclut Jean-Marc Ponteville.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect