D'Ieteren revoit ses prévisions à la hausse pour 2018

©Belgaimage

Au premier semestre, l’auto est devenue la première activité en chiffre d’affaires, mais Belron reste le premier contributeur aux résultats de D’Ieteren. La bonne forme des trois piliers de D’Ieteren permet au groupe de revoir ses prévisions à la hausse.

C’est une "année de très bonne facture" vers laquelle se dirige D’Ieteren . Le résultat consolidé part du groupe avant impôts au premier semestre de D’Ieteren est en hausse de 17,8%. "Les résultats de nos trois activités permettent d’augmenter notre guidance", sourit le CEO Axel Miller qui voit dans ses chiffres l’aboutissement de plusieurs années d’investissements judicieux dans ses trois piliers. En début d’année, D’Ieteren tablait sur un résultat consolidé ajusté avant impôt en augmentation à périmètre comparable entre 5 et 10%, il devrait finalement progresser selon les prévisions de D’Ieteren entre 10 et 15%.

"Les résultats de nos trois activités permettent d’augmenter notre guidance."
Axel Miller
CEO de D'Ieteren

Il faut dire que l’auto, l’activité historique de D’Ieteren, se porte bien. La part de marché de l’importateur des marques du groupe Volkswagen "est passée 21,04% à 21,95%" au premier semestre. La croissance de cette activité est tirée par plusieurs éléments dont le succès des SUV qui représentent près de 30% des ventes de voitures de D’Ieteren Auto en Belgique. Des véhicules généralement vendus bien équipés, ce qui influe positivement sur les marges. Le résultat ajusté part du groupe avant impôts de D’Ieteren auto a augmenté de 31,1%.

©Photo News

Les nouvelles normes WLTP ont également poussé les ventes de véhicules avec l’ancien carnet de conformité avant le 31 août. Malgré les embouteillages au niveau de l’homologation et la disparition de certaines variantes des véhicules des catalogues, D’Ieteren Auto s’attend à des résultats ajustés avant impôts en augmentation de 15% sur l’année.

La donne est la même dans la réparation de vitrage automobile chez Belron où le groupe s’attend également à des résultats en progression de 15%. Ce qui est bien plus qu'anticipé en janvier.

Enfin, Moleskine a vu ses ventes progresser de 18,7%, et ce malgré la rupture d’un contrat de distribution au Japon pour la reprendre à son propre compte.

La vente de 40% de Belron à CD&R au 7 février fait que seuls 64,68% des résultats de Belron rentrent dans les comptes de D’Ieteren sur le premier semestre. Un exercice qui a été également réalisé dans les chiffres 2017 pour pouvoir faire des comparaisons à périmètre comparable.

"Nous récoltons en 2018 les fruits de nos investissements dans nos trois activités."
Axel Miller
CEO de D’Ieteren

L’auto est devenue la première activité au premier semestre en chiffre d’affaires, une dynamique qui va continuer tant que D’Ieteren ne se porte pas acquéreur d’une nouvelle activité avec l’argent issu de la vente des 40% de Belron. "Cet argent n’est pas destiné à rester improductif. Nous avons connu une création de valeur importante. On a pas mal investi dans nos activités, ce qui nous permet de présenter ces bons chiffres aujourd’hui. […] On recherche constamment une nouvelle activité. On a vu pas mal de choses intéressantes. De temps en temps nous n’étions pas intéressés, ou quand c'était le cas pas au prix proposé. Nous avons le temps s’il faut attendre", détaille Miller.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content