Publicité

D'Ieteren va fermer deux centres, syndicats et direction se renvoient la responsabilité

D'Ieteren a annoncé vouloir fermer deux de ses sites, dont le D'Ieteren Center Mail d'Ixelles. ©Photo News

À la suite d'un conseil d'entreprise extraordinaire, D'Ieteren a annoncé son intention de fermer deux de ses centres.

Le conflit social chez D'Ieteren prend de l'ampleur. Ce lundi, après un conseil d'entreprise extraordinaire, la direction a annoncé son intention de fermer deux de ses sites.

"Notre intention de fermeture des deux sites structurellement déficitaires découle de l'impossibilité de négocier avec la délégation syndicale."
Didier Fenix
CEO D'Ieteren Centers

Les sites concernés sont ceux de D'Ieteren Center Mail d'Ixelles et de Wonder cars à Drogenbos. 103 emplois seraient menacés. La fermeture pourrait être officialisée le 31 décembre prochain.

La tension sociale est à son comble depuis début septembre au sein des centres D'Ieteren. Cette filiale du groupe D'Ieteren Automotive emploie 395 personnes à Bruxelles et sa périphérie, réparties sur quatre sites. Début septembre, la direction a demandé au groupe de revenir sur une partie des acquis sociaux, dont les congés supplémentaires et certaines primes.

Impossibilité de négocier

Le refus est catégorique de la part des employés en grève depuis maintenant plus de deux semaines. Face à la situation, Didier Fenix, le CEO D'Ieteren Centers, explique désormais ne plus avoir d'autres solutions.

"Nous n'avons pas ménagé nos efforts, tout au long de ces 4 derniers mois, allant jusqu'à proposer une distribution significative des bénéfices à notre personnel dès l'atteinte de la rentabilité. Notre intention de fermeture des deux sites structurellement déficitaires découle de l'impossibilité de négocier avec la délégation syndicale", explique le patron dans un communiqué. "La procédure Renault a débuté dès la fin du conseil d'entreprise."

"Le fait d'accepter ou non un plan sans avoir la possibilité de le moduler, ce n’est pas une négociation, mais un ultimatum."
Jean-Paul Sellekaerts
Secrétaire permanent FGTB-MWB

Côté syndical, on parle d'ultimatum de la direction. "Dans l’annonce de la direction, elle dit qu'elle est obligée de fermer deux sites suite au non-aboutissement des discussions. Le fait d'accepter ou non un plan sans avoir la possibilité de le moduler, ce n’est pas une négociation, mais un ultimatum", selon Jean-Paul Sellekaerts, secrétaire permanent FGTB-MWB. Il regrette également que la direction mette sur le dos des travailleurs l'obligation de fermeture des deux sites. "Obligé de fermer? Le premier site du Mail devait de toute façon fermer en 2023. L'autre site, c’est une entité en perte depuis le départ pour différentes raisons. Le mettre sur le dos des travailleurs, c'est un peu fort", conclut le responsable syndical.

Les deux sites à l'arrêt?

Les travailleurs du garage D'Ieteren dans la rue du Mail à Ixelles ont arrêté le travail à la suite de l'annonce par la direction de la fermeture de leur site et de celui de la carrosserie de Drogenbos. Les syndicats rencontreront la direction mardi matin lors d'une réunion qui devrait définir l'agenda de la procédure Renault initiée par la direction ce lundi.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés