Publicité
Publicité

Des trimestriels globalement décevants

Les résultats publiés ce mercredi en Europe ne réjouissent pas les marchés. Certains secteurs semblent s’inscrire dans une nette reprise, mais la plupart restent à la traîne. Les cours souffrent: Heineken et SAP perdent plus de 4%.

Dans le segment automobile, l’allemand VW s’est inscrit dans le sillage de l’américain Ford, qui a publié mardi des résultats trimestriels historiquement bons. On saura après-Bourse si le français Renault peut avancer lui aussi de bons chiffres aux investisseurs grâce à une croissance hors-Europe.

Volkswagen Le numéro un européen de l'automobile a publié des résultats du troisième trimestre en très forte hausse, qui reflètent la reprise du secteur. Le chiffre d'affaires entre juillet et septembre a bondi de plus de 18% à 30,7 milliards d'euros, et le bénéfice net a été multiplié par plus de 10, à 2,2 milliards d'euros. La base de comparaison, le troisième trimestre 2009, correspond au pire moment de la crise pour l'industrie automobile.

Le groupe aux neuf marques entend toujours dépasser ses ventes de l'année précédente (6,3 millions d'unités), un objectif qui sera aisément rempli, Volkswagen ayant déjà vendu 5,4 millions de voitures à fin septembre. Son objectif de bénéfice d'exploitation pour 2010 ( plus que les 1,9 milliard d'euros de l'an dernier) est déjà dépassé, puisque sur les neuf premiers mois de l'année il est ressorti à 4,8 milliards d'euros.

Son cours de Bourse, depuis le 1er janvier, a augmenté de 59%, la plus forte hausse de l'indice Dax.


STMicroelectronics Le premier fabricant européen de semi-conducteurs a fait état mardi soir d'un résultat meilleur que prévu au troisième trimestre. Il s'attend à une hausse de son chiffre d'affaires sur les derniers mois de l'année, en dépit du ralentissement constaté dans ses nouvelles prises de commandes.

STMicroelectronics prévoit une hausse séquentielle de ses ventes comprise entre 2 et 7% sur la période d'octobre à décembre, par rapport à juillet-septembre.Les fabricants de puces sont confrontés à une demande plus molle ces derniers mois.Mais pour l’administrateur général délégué du groupe, il s’agirait là d’un retour à la normale, la tendance de long terme étant une croissance entre 5 et 10%.

En Bourse, l'action STMicroelectronics progresse nettement.

 

SAP L'éditeur allemand de logiciels a annoncé des ventes supérieures aux attentes au troisième trimestre, tout comme ses concurrents.

SAP a dégagé un bénéfice net de 501 millions d'euros au troisième trimestre, en hausse de 12% sur un an mais en-deçà des attentes. En cause, une augmentation des provisions liées à son ancienne filiale américaine, TomorrowNow. Le groupe a maintenu ses objectifs inchangés pour l'année en cours. Insuffisant pour satisfaire les investisseurs : le groupe lâche du lest à la Bourse de Francfort.

 

Seb Le groupe de petit électroménager a enregistré un chiffre d'affaires de 2,42 milliards d'euros sur neuf mois, en hausse de 15,2% sur un an, grâce à une demande soutenue et un effet de change positif.

Les analystes de la Société Générale ont notamment souligné l'impact très positif des ventes dans les pays émergents et le bon maintien des activités dans les pays "matures". Ils s'attendent à une augmentation des ventes du groupe en 2011 dans le sillage d'une importante campagne de communication.

 

Heineken Le brasseur néerlandais a publié pour le troisième trimestre une hausse des volumes de 24% par rapport à la même période un an plus tôt, principalement grâce à l'acquisition, annoncée en janvier, du groupe de boisson Femsa. Le chiffre d'affaires pour la période est ressorti en hausse de 13% à 4,62 milliards d'euros. Le groupe a enregistré un bénéfice net de 520 millions d'euros pour la période, en hausse d'un peu plus de 10% à périmètre constant. Sans tenir compte des acquisitions et des ventes de filiales du groupe, le chiffre d'affaires est ressorti en baisse de 2,1%, une hausse des prix n'ayant pas permis de compenser totalement la baisse des volumes vendus (-2,2%).

Heineken a confirmé ses objectifs pour 2010, dont une hausse de plus de 10% à périmètre constant de son bénéfice net pour l'exercice en cours.

 

British American Tobacco (BAT) Le groupe britannique a fait état d'une baisse de 1% de ses ventes en volume depuis le début de l'année. Le numéro deux mondial des cigarettes a noté une baisse de ses ventes dans certains pays comme l'Allemagne et la Turquie, contrebalancées par des augmentations au Japon ou au Brésil. Mais les inondations de l'été au Pakistan ont affecté le volume global des ventes en Asie. BAT regrette aussi l'impact de la contrebande sur ses gammes bon marché, en particulier dans les pays où l'Etat a augmenté les taxes sur les cigarettes.

Le groupe a toutefois assuré que ses parts de marché et son chiffre d'affaires annuels seraient en hausse, sans préciser son objectif, grâce à une "augmentation de la marge opérationnelle". Parmi les mesures prises pour faire baisser ses coûts, BAT a rappelé que le processus avait été engagé en vue de la fermeture d'une usine à Lecce, dans le sud de Italie.

 

Electrolux Le numéro deux mondial de l'électroménager a fait part d'une baisse moins forte que prévu de ses résultats trimestriels. Il a enregistré un bénéfice d'exploitation ajusté de 1,98 milliard de couronnes suédoises (212 millions d'euros) au troisième trimestre, ce qui dépasse les attentes des analystes. Les ventes ont reculé de 5%, à 26,3 milliards de couronnes, contre 27,1 milliards de couronnes attendus par le marché.

Le groupe suédois constate que le marché reste volatil, mais croit pouvoir parvenir à atteindre son objectif de marge annuelle. Le directeur général du groupe, Hans Straberg, pense que l’objectif "d'une marge opérationnelle de 6% pour l'ensemble de 2010 sera atteint".

L’action progresse en Bourse.

Deutsche Bank AG La Deutsche Bank a copmmuniqué une perte au troisième trimestre, essentiellement imputable à une charge de 2,3 milliards d'euros liée à Deutsche Postbank. Les revenus tirés des activités de banque d'affaires et d'investissement sont ressortis à 4,2 milliards d'euros au troisième trimestre contre 4,4 milliards un an auparavant. Ce segment continue de représenter l'essentiel des ressources du groupe qui a fait état d'un produit net bancaire de 5 milliards d'euros. Sans la charge liée à Postbank, le PNB serait ainsi ressorti à 7,3 milliards.La perte imposable s'est inscrite à un milliard d'euros, en ligne avec le consensus Reuters qui tablait sur une perte de 1,04 milliard.

La banque reste prudente pour l'exercice 2011.

 

BBVA La deuxième banque espagnole a annoncé que son bénéfice net sur neuf mois avait accusé une baisse de 12%, la faiblesse des taux d'intérêt continuant de peser sur ses marges en Espagne tandis que ses provisions pour pertes sur crédit restent élevées.

Son revenu d'intérêt net, les gains d'une banque sur les prêts qu'elle accorde diminués des intérêts qu'elle verse pour les dépôts, a reculé de 1,1%, à 10,182 milliards d'euros.

 

Norsk Hydro Le producteur norvégien d'aluminium a publié des résultats trimestriels inférieurs aux attentes. Le groupe est tombé dans le rouge au troisième trimestre avec une perte nette de 104 millions de couronnes (12,8 millions d'euros) contre un bénéfice de 1,0 milliard il y a un an. La détérioration des résultats était attendue, notamment à cause d'un incident technique qui a affecté une nouvelle fonderie géante au Qatar, mais elle est beaucoup plus accentuée que ce que prévoyaient les analystes.

Le groupe dit cependant voir des signes d'amélioration sur les marchés.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés