Drivy racheté par les Américains de Getaround

©Drivy

La société française de partage de véhicules privés est rachetée par Getaround pour 300 millions de dollars. De quoi créer un "airbnb" mondial de la voiture partagée.

La société Drivy vient d’être rachetée par son alter ego américain Getaround pour la bagatelle de 300 millions de dollars. L’entreprise issue de la fusion couvre désormais 300 villes aux États-Unis et en Europe. Elle acquiert au passage une présence en France, en Allemagne, en Espagne, en Autriche, en Belgique et au Royaume-Uni. "Cumulant désormais plus de cinq millions d’utilisateurs, Getaround devient la plateforme d’autopartage leader dans le monde", communique la société.

©Drivy

En Belgique, Drivy est moins visible que d’autres sociétés de voitures partagées, elle y est pourtant devenue en quelques années un acteur important. Drivy compte en Belgique 1.500 véhicules dont plus de 450 à Bruxelles.

Fondée en 2010 par Paulin Dementhon, Drivy possède plus de 2,5 millions d’utilisateurs et 62.000 voitures partagées dans ses 6 pays d'activités. Le fondateur reste au sein du nouvel ensemble comme CEO Europe de Getaround. 

"Les fondateurs et les employés, les business angels, ainsi que les fonds d’investissements avaient investit plus de 45 millions d’euros. Ils ont tous vendu. Nous restons tous actionnaires de la nouvelle entité", nous détaille Paulin Dementhon.

L'Airbnb de la voiture partagée

A l’inverse de DriveNow, Car2go, Cambio et autres, les voitures de Drivy sont des voitures qui ne leur appartiennent pas. Il s’agit de propriétaires privés ou de sociétés qui les mettent eux-mêmes en partage sur la plateforme Drivy.

Un autre acteur belge est également présent sur ce créneau, il s’agit de Caramigo.

L’idée à la base de ce type de service est qu’in fine, toutes les voitures deviennent partagées, quels que soient leurs propriétaires.

Au départ, il s’agissait d’échanger les clés avec les propriétaires, mais ce n’est plus le cas pour toutes les voitures équipées de Drivy Open, un système qui permet d’éviter cette étape fastidieuse. 11.000 véhicules Drivy sont déjà équipés de ce système en Europe.

Un système qui rencontre un franc succès mais qui demande des investissements colossaux. 

Getaround a également un système similaire du nom de Connect. L’idée à la base de ce type de service est qu’in fine, toutes les voitures deviennent partagées, quels que soient leurs propriétaires. Une manière aussi de diviser le risque de possession de tous ces véhicules.

C'est aussi une manière de diminuer l'impact économique et écologique des voitures. Une classe d'actifs qui reste encore l'une des moins biens utilisées, les voitures étant la majorité du temps à l'arrêt. 

Fini l'échange de clés

A Bruxelles, Drivy encourage également l’émergence de petites entreprises avec des flottes de voitures partagées qui se reposent sur ses systèmes en plus des voitures privées. L'entreprise s’est également associée à des sociétés de location et aux propriétaires de grandes flottes, avec pour objectif d’offrir à sa communauté une expérience d’autopartage plus fluide, spécialement sur les trajets courts.

Les voitures partagées Drivy sont avant tout une concurrence aux voitures personnelles et aux voitures partagées sur places fixes comme celles de Cambio.

Les voitures partagées Drivy sont avant tout une concurrence aux voitures personnelles et aux voitures partagées sur places fixes comme celles de Cambio. Ces voitures que l’on utilise pour sortir de la ville de quelques heures à quelques jours ou pour un déménagement. 61% des clients utilisent principalement Drivy pour sortir de leur ville le temps d’une journée ou d’un week-end.

Parmi les investisseurs de Getaround figurent SoftBank, Menlo Ventures, Braemar Energy Ventures, Asset Plus, Triangle Peak Partners, SPARX Group, Toyota Motor Corporation, Cox Automotive Inc. et SAIC Capital.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect