Elon Musk confirme discuter avec le richissime fonds souverain saoudien

©REUTERS

Elon Musk officialise les discussions avec les Saoudiens pour le retrait de Tesla de la Bourse. Il s'explique aussi sur sa communication et sur la suite du processus.

C'est désormais officiel, Elon Musk, le CEO de Tesla , a indiqué lundi être en discussion avec le fonds souverain saoudien (PIF) et d'autres investisseurs pour financer le possible retrait de la Bourse du constructeur de véhicules électriques haut de gamme. Sur Twitter, il ajoute avoir sollicité Silver Lake Partners et Goldman Sachspour qu'ils le conseillent dans ce projet.

Cette annonce de l'emblématique patron intervient après qu'il a déclaré la semaine dernière, dans un tweet, avoir "sécurisé le financement" pour cette opération sans toutefois en apporter la preuve.

Un fonds à 2000 milliards 

Les Saoudiens seraient prêts à financer plus avant la sortie de la Bourse de Tesla et les discussions sont en cours.Le PIF verrait son investissement dans Tesla comme un moyen stratégique de se couvrir contre les fluctuations dans le pétrole.

Le gouvernement saoudien veut doter le PIF de 2.000 milliards de dollars d’ici 2030 pour qu’il aide à diversifier l’économie du royaume, dépendante du pétrole. 

Le PIF a déjà des parts dans Uber (5%) et investit dans plusieurs entreprises dont Magic Leap (400 millions de dollars) ou Virgin (1 milliard de dollars). Le PIF fait aussi partie d’un consortium qui détient 55% du groupe des hotels Accor. Le PIF investit également 45 milliards de dollars dans le Vision Fund du groupe japonais Softbank sur une période de cinq ans pour des investissements dans les nouvelles technologies.

Clarifications

"Ma meilleure estimation à l'heure actuelle est qu'environ deux tiers des actions détenues par tous les investisseurs actuels seraient transférées dans une Tesla privée"
Elon Musk
CEO de Tesla

Les explicitations et confirmations d'Elon Musk interviennent alors que beaucoup y compris l'autorité des marchés financiers américaine (SEC) se demandent si cette façon de communiquer était en accord avec les règles entourant les sociétés cotées.

Le patron a donc indiqué qu'il avait dévoilé ses projets à son conseil d'administration le 2 août alors que le cours de l'action était de 350 dollars. "Ma proposition reposait sur l’utilisation d’une structure dans laquelle tout actionnaire existant souhaitant rester actionnaire d’une société privée Tesla pouvait le faire, le rachat de 420 dollars par action étant réservé aux actionnaires qui préféraient cette option", a-t-il détaillé.

Pas d'endettement

Il ne prévoit pas d'endetter totalement l'entreprise pour financer son possible retrait de la Bourse, alors que ce type de transaction s'effectue la plupart du temps avec de l'argent emprunté massivement auprès des banques (LBO). "La plupart des capitaux requis pour le retrait de la cote viendront des prises de participations plutôt que de la dette, c'est-à-dire que ce ne sera pas un montage classique de rachat par effet de levier auquel ont recours généralement les entreprises quand elles quittent la Bourse. Je ne pense pas que ce serait sage d'alourdir le fardeau de Tesla en augmentant de façon importante sa dette", explique le dirigeant dans un post de blog.

©REUTERS

Le patron s'explique sur son tweet, indiquant qu'il était normal selon lui de rendre l'information de son plan publique alors qu'il allait en discuter avec les plus gros actionnaires de l'entreprise. 

Il est néanmoins prématuré de divulguer le plan de financement d'une telle opération alors que les discussions avec les actionnaires potentiels sont en cours. Il sera, en temps voulu,  présenté aux actionnaires pour un vote. Elon Musk indique d'ailleurs agir en qualité d'actionnaire dans cette opération. 

Les articles "indiquant que plus de 70 milliards de dollars seraient nécessaires pour que Tesla devienne une entreprise privée exagèrent considérablement l’augmentation de capital réelle nécessaire. Le prix de rachat de 420 dollars ne serait utilisé que pour les actionnaires de Tesla qui ne restent pas avec notre société si celle-ci est privée. Ma meilleure estimation à l'heure actuelle est qu'environ deux tiers des actions détenues par tous les investisseurs actuels seraient transférés dans une Tesla privée".

©EPA


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content