Extinction Rebellion s'invite au salon de l'auto de Bruxelles

©AFP

Des militants du mouvement Extinction Rebellion ont mené des actions samedi dans plusieurs stands de marques automobiles lors du Salon de l'Auto à Bruxelles.

Environ 150 de personnes ont été interpellées samedi à Bruxelles durant une série d'actions contre la pollution organisées par le groupe activiste Extinction Rebellion (XR) dans l'enceinte du salon de l'automobile. Les activistes "seront relâchés après avoir donné leur identité", a indiqué un porte-parole de la police. 

On ne croit absolument plus en l'industrie automobile pour apporter des solutions vis-à-vis de cette crise écologique et climatique.
Sarah
une des porte-parole d'Extinction Rebellion

Extinction Rebellion avait appelé ses sympathisants à se retrouver dans l'enceinte du salon de l'automobile pour une opération "Salon des Mensonges" destinée à "perturber le Salon de l'Auto afin de dire la vérité sur l'effondrement écologique et le rôle moteur de l'industrie automobile dans cette crise", précisait le communiqué diffusé sur les réseaux sociaux.

La Febiac réagit

La Fédération belge de l'automobile et du cycle (Febiac) a déploré les actions menées par les activistes du mouvement Extinction Rebellion au Salon de l'auto. "Les efforts du secteur automobile pour évoluer vers une mobilité à émissions faibles ou nulles n'ont jamais été aussi visibles, aussi tangibles et aussi accessibles aux consommateurs qu'au cours de l'actuel Salon de l'auto", a-t-elle fait valoir.

"Jamais par le passé, autant de véhicules hybrides et électriques n'ont été exposés et mis en vente dans le cadre du Salon de l'auto. Il s'agit là du résultat des investissements massifs et de l'innovation permanente poursuivie par le secteur automobile", a assuré la Febiac, selon qui le public montre un intérêt croissant pour ce type de véhicules.

"On l'a appelé 'le Salon des mensonges' parce qu'on ne croit absolument plus en l'industrie automobile pour apporter des solutions vis-à-vis de cette crise écologique et climatique. Elle a déjà menti par le passé, continue à mentir et continuera à nous mentir si on ne l'arrête pas", a expliqué à l'AFP une des porte-parole de XR identifiées comme Sarah.

Un autre modèle de mobilité

Une bannière proclamant "stop aux émissions de CO2" a été déployée à l'entrée principale et d'autres actions ont été menées sur différents stands. Des militants se sont notamment enchaînés au volant des voitures exposées et d'autres ont "tagué" des véhicules. Chez Peugeot, quelques modèles ont également été aspergés de faux sang. De fausses amendes ont par ailleurs été placées sur les pare-brises des voitures stationnées au parking C.

"Par cette action, le but est vraiment de permettre aux citoyens et aux citoyennes de se dire: nous, on ne veut plus continuer de subir la pression de l'industrie automobile, parce qu'il faut mettre en place un autre modèle de mobilité qui favorise tout un tas d'autres alternatives qui soient justes aussi bien socialement et écologiquement", a indiqué Sarah.

©Photo News

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés