Former les motards pour éviter les bouchons

©Olivier Polet

Avec une Belgique plus congestionnée que jamais, les deux-roues devraient être une évidence. Pourtant, pas de boom du scooter chez nous. Les gens craignent pour leur sécurité. Le RACB Moto Academy veut rassurer avec des formations.

Vous avez obtenu votre permis B avant le 1er mai 2011, vous n’en pouvez plus des problèmes de mobilité de la Belgique et de sa capitale? Le scooter devrait être une évidence. Vous décidez donc, comme de plus en plus de Belges, d’y passer. Pour les conducteurs de deux-roues peu aguerris, l’expérience peut néanmoins être décourageante une fois dans la circulation. Des automobilistes inattentifs, une maîtrise approximative de l’engin ou une circulation dense ont souvent raison de la volonté de certains propriétaires qui décident de laisser leurs deux-roues au garage et de ne le sortir que quand les conditions de circulation et de météo sont idéales.

Si 10% des automobilistes se mettaient aux deux-roues, les embouteillages diminueraient de 40%

Nous avons fait l’expérience. Au volant de notre scooter dans les tunnels de Bruxelles, une évidence s’impose, il vaudrait mieux être formé avant d’arpenter la capitale sur une 125cc. Rendez-vous est donc pris au RACB de Nivelles. Le centre a été repris il y a deux ans par l’ancien pilote de moto GP Didier de Radiguès et connaît un succès croissant. "Il y a moyen de faire de la moto en toute sécurité. C’est possible, mais il y a des règles à respecter et des choses à savoir", nous dit-il.

 

Avec son équipe d’instructeurs nous nous prêtons à l’exercice et rejoignons un groupe de motards. Si nous avons le seul scooter de la journée, ce n’est qu’une coïncidence, il y a en effet des séances dédiées aux scooters. L’important est de perdre ses mauvais réflexes, ses mauvaises habitudes de piéton, nous dit-on à plusieurs reprises. "L’être humain n’est pas fait pour aller aussi vite, si bien que la position du regard d’un motard est naturellement mal placée", nous expliquent nos instructeurs du jour.

©Reporters / Polet

Pourtant, regarder au loin quand on freine ou slalome donne une stabilité bien meilleure. Freinage d’urgence, évitement d’obstacles à pleine vitesse, slaloms en huit, ronds-points… Après une journée à manier son deux-roues, les sensations sont fort différentes et une certaine confiance s’installe. "Il ne faut jamais être trop confiant", nous glisse un des motards alors que l’effet grisant n’est jamais loin en moto. "Il y a deux types de motards, ceux qui sont tombés et ceux qui vont tomber", plaisante un autre.

"à Bruxelles, on a du retard dans les deux-roues par rapport à Paris, mais je pense que ça va changer."
Didier de Radiguès
RACB Moto Academy

Les prix des cours de cette formation du RACB Moto vont de 175 à 300 euros (sans les réductions), mais certains assureurs donnent une réduction pour les personnes qui ont effectué un stage de conduite.

Certaines entreprises pourraient se décider à franchir le pas. Le RACB a par exemple déjà travaillé avec les ascensoristes de Kone intéressés de voir si ses techniciens pourraient arpenter la ville en scooter trois roues plutôt qu’en voiture, comme la société le fait déjà à Paris.

Dans la capitale française, le scooter est déjà bien plus présent que chez nous, même si une légère croissance des deux- roues s’observe. La Febiac, la Fédération belge de l’automobile et du cycle, estime pourtant que si 10% des automobilistes franchissaient le pas, les embouteillages diminueraient de 40%.

©Olivier Polet

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content