Françoise Chombar laisse un vaste héritage chez Melexis

Françoise Chombar repensait la Belgique à Val Duchesse pour L'Echo en mars dernier, juste avant que la pandémie ne nous frappe de plein fouet.

La clé du succès des années Chombar chez Melexis? Une recherche continue de la nouveauté sans jamais copier, mais aussi la recherche de la gestion par consensus.

Melexis, c’est une success story belge sur laquelle on n'insiste peut-être pas assez. L’entreprise créée en 1989 s’est pourtant imposée dans le secteur high-tech, de l’automobile en particulier, comme peu d’autres.

Aujourd’hui, Melexis revendique d'avoir 11 puces en moyenne par voiture dans le monde. La CEO Françoise Chombar qui raccrochera les gants opérationnels de la société pour en prendre la présidence le 1er août est certainement pour beaucoup dans ce succès. "La force de Françoise Chombar a été d’avoir un style très inclusif, avec tout le monde à bord. Elle recherchait toujours le consensus. Il y a donc une bonne ambiance et le management est soudé", salue Roland Duchâtelet, président et cofondateur de Melexis.

Lui-même laissera son poste de président à Françoise Chombar et restera comme "simple" administrateur de la société. "Roland a été et est toujours un mentor extraordinaire", dit celle qui a reçu plusieurs distinctions dont le "Global Prize for Women Entrepreneurs" à New York en 2018.

Innovation toujours

Melexis doit son succès à sa volonté de toujours innover dans ses produits. C’est là sa force et ce n’est d’ailleurs pas pour rien si c’est un ingénieur fidèle de la société, Marc Biron qui prendra la relève en août.

Au cours des années Chombar chez Melexis, de nombreuses innovations ont vu le jour comme des capteurs magnétiques triaxiaux, des capteurs de température, des capteurs pour les conditions météorologiques, pour le freinage, pour la lumière intérieure ou encore spécifiques à la voiture électrique. Ce ne sont que quelques exemples, mais dans chaque cas, il s’agit d’innovation. "Au niveau stratégique, la société a eu comme principe de ne jamais copier les projets des autres et de trouver des niches là où il n’y avait pas trop de concurrence et d’y inventer des produits nouveaux", abonde Roland Duchâtelet.

"Je ne connais pas beaucoup de sociétés cotées en bourse qui ont eu des rendements pareils à ceux de Melexis."
Roland Duchâtelet
Président de Melexis

Cette stratégie s’est avérée payante pour  ceux qui ont cru dans Melexis. L’action s’échangeait autour des 5,4 euros début 2003, elle s’échange aujourd’hui à plus de 93 euros. "Si on regarde les années où elle était co-ceo puis toute seule et qu’on additionne le développement de la valeur de l’action et les dividendes, c’est assez remarquable. Je ne connais pas beaucoup de sociétés cotées en bourse qui ont eu des rendements pareils", souligne Duchâtelet.

x20
La valeur d'un investissement fait dans Melexis en janvier 2003 a été multipliée par 20, dividendes compris.

Depuis 2003, Melexis a en effet payé pour 13 euros nets de dividendes. L’un dans l’autre, un actionnaire qui a conservé ses titres Melexis depuis janvier 2003 a vu son investissement être multiplié par 20.  

La société basée à Ypres a normalement de beaux jours devant elle, car les voitures modernes nécessitent toujours plus de puces électroniques.

C’est l’autre force de Françoise Chombar, celle de passer la main quand tout va bien. C'est assez rare pour être remarqué. Si l’annonce de son départ a quelque peu surpris le marché mercredi, Roland Duchâtelet nous explique qu’elle a été mûrement réfléchie en interne. La CEO aurait elle-même préparé sa succession. "Marc est le meilleur successeur que je puisse souhaiter et je serai à ses côtés. Il est bien placé pour nous guider dans la transition dans laquelle l’industrie automobile, un domaine essentiel pour Melexis, se trouve actuellement. En outre, il a commencé à ouvrir la voie pour que l’entreprise puisse mettre en pratique sa richesse de savoir-faire dans des marchés soigneusement sélectionnés", dit-elle.

Innovation, sens du collectif et volonté de laisser un héritage et une image positive. Les valeurs que Françoise Chombar veut laisser chez Melexis ne sont pas que financières.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés