Gand devient le centre du monde pour les petites Volvo

La XC 40 s'invite sur les lignes de Gand ©Wouter Van Vooren

La production de masse pour la XC40 a débuté ce mercredi à Gand. La XC40 attaque le marché porteur du SUV compact et sera exportée dans le monde entier, y compris aux Etats-Unis. Volvo Gand est plus gros employeur industriel de Flandre.

Mercredi était un grand jour pour l’usine de Volvo Cars à Gand, elle entamait en effet la production de masse de sa XC 40. Une journée de fête rehaussée par la visite du Premier ministre Charles Michel et du grand patron de Volvo Cars, Hakan Samuelsson.

Jusqu’ici, l’usine avait déjà produit quelque 500 exemplaires de la XC40 à des fins diverses: tests de durabilité, formation, crash tests ou encore pour homologuer la voiture dans les différents pays où c’était nécessaire. "Tout ça est maintenant derrière nous. On peut donc commencer avec les voitures pour les clients", se réjouit Eric Van Landeghem, le patron de l’usine gantoise.

10.000 emplois

Volvo Gand est, avec Audi Brussels, l’une des deux dernières usines automobiles du pays. L’arrivée d’un nouveau modèle qui sera commercialisé mondialement est donc une très bonne chose pour l’usine et l’emploi en Flandre-Orientale (environ 80% des travailleurs viennent de la province). Il y a 6.000 travailleurs sur le payroll de l’usine à Gand et quelques centaines d’externes travaillent également sur le site, notamment le personnel d’entretien.

Eric Van Landeghem est content le XC 40 est "un bon produit qui arrive au bon moment" ©Wouter Van Vooren

Il y a aussi les fournisseurs qui représentent environ 4.000 personnes rien que dans le port sans compter d’autres entreprises qui fournissent l’usine comme Recticel pour ses mousses souples. "Nous restons en Flandre le plus gros employeur industriel", rappelle le patron.

Les transformations apportées à l’usine ont fait passer les capacités de production de 270.000 à 225.000 voitures. "On peut faire sortir des lignes 108.000 à 115.000 XC40", détaille Eric Van Landeghem.

Deux cents millions d’euros ont été investis dans l’usine, principalement dans la division carrosserie qui a été agrandie de 8.000 m², car la préparation de la XC40 se fait dans l’usine.

Tensions et changements

Le châssis de la XC40 est transféré sur la chaîne de montage. Les XC40 rejoignent ensuite les autres modèles dans la partie peinture et assemblage. "Parmi les 363 nouveaux robots installés, les employés de Gand en ont surnommé un 'la bête'. Ce spécimen unique en son genre dans le système de construction mondial de Volvo Cars est utilisé pour soulever les bas de caisse et les placer sur un tapis roulant situé en hauteur", communique Volvo.

©Wouter Van Vooren

Il est donc possible d’intercaler tous les types de voitures produites à Gand sur la même ligne. À l’heure actuelle, l’usine assemble également les berlines compactes V40 et V40 Cross Country ainsi que les S60 et V60.

Le niveau de customisation est très élevé, ce qui nécessite pas mal de travail manuel. La XC40 est d’ailleurs une voiture qui nécessite d’avantage de travail que les autres modèles, ce qui explique en partie la diminution de capacité.

La transformation de l’usine ne s’est pas faite sans heurts avec quelques mouvements de contestation des travailleurs en septembre. Mais le management nous assure que cela s’est depuis aplani. "Nous sommes dans une période de grands changements. Un nouveau modèle garantit le travail, mais signifie aussi que certains travailleurs vont devoir apprendre un nouveau travail", souligne Eric Van Landeghem. Beaucoup de gens ont ainsi dû changer de fonction et passer d’une division à une autre.

Il faut dire que d’autres changements se sont invités dans l’usine en plus de la nouvelle plateforme. "Au début de l’année, nous avons repris la V60 à l’usine suédoise et peu de temps après, nous avons commencé à monter la version hybride", rappelle le patron.

Bon modèle, bon moment

La XC40 est en tout cas un modèle qui devrait bien se vendre. Le segment des SUV est en plein boom en Europe comme dans le monde et c’est d’autant plus vrai pour les compacts. "Nous avons déjà reçu un bon nombre de commandes de gens qui n’ont fait que voir la voiture en photo dans les magazines", sourit Eric Van Landeghem. Volvo indique avoir déjà enregistré 13.000 commandes. "Le retour des magazines et des services marketing est très bon", nous y dit-on.

Hakan Samuelsson avec la XC40 en septembre en Italie. ©REUTERS

La grosse nouveauté avec la XC40, c’est qu’il s’agira d’un véhicule destiné au marché mondial. "Les V40 et Class Country n’étaient pas homologuées pour les Etats-Unis, mais la XC40 l’est bien. Elle sera exportée aux Etats-Unis et au Canada", pointe le patron. Ce qui ne devrait pas poser de grand problème logistique, nous assure-t-on à l’usine. L’essentiel des voitures "gantoises" pour la grande exportation part déjà d’Anvers et de Zeebruges. La destination finale du bateau, d’un point de vue logistique, ne change donc pas grand-chose.

La XC40 se base sur la nouvelle plateforme CMA destinée à tous les petits modèles de la marque Volvo, propriété du chinois Geely. Gand est déjà assurée de recevoir un deuxième modèle basé sur cette plateforme, à savoir le remplaçant du V40. L’ambition est de faire de Gand une usine spécialisée sur cette plateforme. Une usine chinoise va également produire des véhicules de la série 40, mais celle-ci sera destinée avant tout au marché local, devenu premier marché automobile mondial et qui suffit à absorber l’essentiel des capacités de Volvo sur place. Pour le reste du monde, c’est donc depuis Gand que les nouvelles "40" seront exportées.

La phase de préproduction de la XC 40 en vidéo


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés