GM va rouvrir le dossier Opel Anvers.

Coup de théâtre vendredi. Sous la pression des syndicats, Nick Reilly – CEO de GM Europe – a décidé de rouvrir le dossier Opel Anvers et de reprendre parallèlement les discussions avec le holding chinois candidat à une reprise du site.

La FGTB Metal avait pris jeudi, de son plein gré, contact avec "les Chinois" dont l’ambition est toujours d’assembler à Anvers 150.000 Astra avant d’évaluer l’arrivée d’un nouveau produit destiné au marché européen.

Le constat avait alors été posé par Rudi Kennes, porte-parole des syndiqués FGTB et représentant des ouvriers d’Opel Anvers au sein du conseil d’entreprise européen : "le business plan, qui nous a été dévoilé en long et large, tient la route. Si GM ne le prend pas en considération, l’ensemble des sites européens d’Opel pourraient partir en grève".

Une menace qui, vu la tournure des événements, est désormais levée.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés