Honda boosté par ses "deux roues"

Honda a fortement augmenté ses ventes de deux roues, surtout en Asie. Les incitations publiques au Japon ont aussi porté les ventes de voitures. Mais l'Europe pénalise un peu ces bons résultats. Honda relève ses prévisions.

Le constructeur d'automobiles et de deux roues Honda a plus que doublé son bénéfice net au deuxième trimestre 2010-2011, grâce à de solides ventes d'automobiles, et relevé ses prévisions de bénéfices annuels.

Entre juillet et septembre, le deuxième constructeur japonais, au coude à coude avec Nissan, a dégagé un bénéfice net de 135,9 milliards de yen (1,2 milliard d'euros), en hausse de 151%. Il a augmenté dans les mêmes proportions son bénéfice d'exploitation, à 163,4 milliards de yen (1,4 milliard d'euros).

Son chiffre d'affaires a crû de son côté de 9,5% à 2.251,9 milliards de yens (19,6 milliards d'euros) mais Honda a précisé que, sans l'effet négatif du yen vigoureux, son chiffre d'affaires aurait grimpé de près de cinq points supplémentaires.

Les ventes de deux roues de Honda ont augmenté de 13,4%, "particulièrement en Asie et Amérique du Sud", a expliqué le groupe dans un communiqué. En Asie, le fabricant a écoulé 15,5% d'unités en plus, dépassant la barre des deux millions. Sa mobylette Wave et son scooter PCX ont continué d'avoir du succès en Thaïlande et au Vietnam, alors qu'en Inde, sa moto Twister et son scooter Activa ont dopé ses affaires.

Le constructeur a en outre écoulé 7,2% d'automobiles en plus, frôlant les 900.000 véhicules, notamment grâce au dynamisme du marché japonais (+12%), tiré par des subventions gouvernementales pour l'achat de voitures respectueuses de l'environnement. "Ces incitations publiques ont permis à Honda, comme aux autres constructeurs automobiles, de connaître une reprise vigoureuse" après la récession de 2008-2009, a souligné Shigeru Matsumura, expert automobile à SMBC Friend Securities.

Il a toutefois prévenu que "la demande en véhicules ralentissait, à cause de la fin partielle de ces aides" et alerté contre les effets nocifs du yen fort.

Hors du Japon, les ventes d'automobiles Honda ont été dynamiques en Amérique du Nord (+23%), notamment celles du 4X4 Pilot et du mini-van Odyssey. Contrairement à nombre de ses concurrents japonais et étrangers, le groupe n'a en revanche pas réussi à augmenter son chiffre en Asie (-2%). Il a noté une baisse de ses exportations vers la Chine de ses compacte Fit et berline Accord, expédiées en kit pour être montés sur place.

En Europe, ses ventes se sont écroulées d'un tiers, à cause de ses voitures de moyenne gamme Jazz et Civic boudées en Allemagne et au Royaume-Uni.

La troisième activité de Honda, les groupes électrogènes, a aussi fait bonne figure, avec 23,6% de génératrices vendues en plus, en progrès au Japon et dans tous les marchés extérieurs.

Les raisons du succès

Parmi les facteurs ayant permis à son bénéfice d'exploitation de bondir au deuxième trimestre par rapport à l'an passé, le groupe a évoqué la hausse de ses ventes (+94 milliards de yens) et des réductions de coût (+55 milliards), qui ont plus que compensé les effets du yen fort (-34 milliards).

Le yen flirte ces derniers mois avec son plus haut niveau en 15 ans face au dollar, avec un billet vert à peine au-dessus de 80 yens. Pour un yen de variation par rapport à la cotation moyenne du dollar sur une année, le résultat opérationnel de Honda varie de 17 milliards de yens (150 millions d'euros).

Au premier trimestre, la société avait enregistré des bénéfices records, aussi ses résultats sur l'ensemble du semestre sont-ils flatteurs: un chiffre d'affaires en hausse de 13,7%, à 4.613,3 milliards de yens, un bénéfice d'exploitation quadruplé, à 398 milliards de yens, et un bénéfice net plus que sextuplé, à 408 milliards de yens (environ 3,5 milliards d'euros chacun).

Honda a en conséquence relevé pour la deuxième fois ses prévisions de profits pour l'année budgétaire d'avril 2010 à mars 2011.

Il escompte désormais un bénéfice net et un bénéfice opérationnel de 500 milliards de yens chacun, contre respectivement 455 et 450 milliards envisagés jusque-là. Il a en revanche légèrement abaissé sa prévision de chiffre d'affaires à 9.000 milliards de yens, contre 9.100 milliards.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés