L'"Airbus des batteries" pourra être subsidié par les États

La Commission estime que les aides versées par les États européens pour contrer la mainmise chinoise dans la production des cellules composant les batteries lithium-ion des véhicules électriques sont compatibles avec les règles européennes. ©BELGAIMAGE

La Commission européenne autorise sept États membres, dont la Belgique, à apporter une aide publique de 3,2 milliards d'euros au projet de création d'une filière européenne de la batterie pour véhicules électriques, dite l'Airbus des batteries.

À la veille des élections européennes, Paris et Berlin avaient officialisé la mise en place d'une filière européenne des batteries pour les véhicules électriques, l'"Airbus des batteries". Objectif: contrer la mainmise chinoise, voire américaine, sur le virage opéré vers des véhicules électriques.

3,2 milliards
euros
La Commission européenne autorise sept États membres à apporter une aide publique de 3,2 milliards d'euros

Aujourd'hui, la Commission européenne apporte sa pierre à l'édifice et autorise sept États membres à apporter une aide publique de 3,2 milliards d'euros à ce projet. "L'investissement des États concernés devrait permettre de mobiliser 5 milliards d'euros supplémentaires en investissements privés", précise Bruxelles. Pour la Commission, ces subventions sont considérées comme compatibles avec la réglementation sur les aides d'État.

Les entreprises belges concernées

La Belgique fait partie des sept États. Des sociétés telles qu'Umicore (matériaux de cathode et recyclage) et Solvay (électrolyte et séparateur) sont impliquées, mais on y retrouve aussi des entreprises comme Aurubis Belgium (cuivre), Prayon et Hydrometal (recyclage des non-ferreux).

En mai dernier, la fédération de l’industrie technologique Agoria, avait estimé les investissements belges en recherche et développement, ainsi que les subsides nécessaires au projet à quelque 350 millions d’euros subsidiables sur 4 ans.

"L'aide autorisée permettra de garantir que ce projet important ira de l'avant sans fausser indûment la concurrence", a souligné la commissaire européenne à la ConcurrenceMargrethe Vestager. 

Jusqu'à 80 millions pour la Belgique

La Commission précise, par ailleurs, le montant des investissements publics autorisés État par État.

> Allemagne: jusqu'à 1,25 milliard d'euros.
> France: jusqu'à 960 millions d'euros.
> Italie: jusqu'à 570 millions d'euros.
> Pologne: jusqu'à 240 millions d'euros.
> Belgique: jusqu'à 80 millions d'euros.
> Suède: jusqu'à 50 millions d'euros.
> Finlande: jusqu'à 30 millions d'euros.

"Une part importante des bénéfices supplémentaires réalisés par les participants sera partagée avec les contribuables grâce à un mécanisme de récupération", indique la Commission. Cela signifie que si les projets "dégagent des revenus nets supplémentaires dépassant les projections, les entreprises restitueront aux États membres respectifs une partie de l'argent perçu auprès des contribuables".

Reprendre les 97% aux Chinois 

Le défi est de taille étant donné qu'actuellement 97% des cellules composant les batteries lithium-ion des véhicules électriques sont fabriquées en Chine. L’Europe représente tout au plus, selon le BCG, 1% de la production mondiale dans un marché attendu à 45 milliards d’euros en 2027.

45 milliards
d'euros
Le marché mondial des batteries auto pourrait atteindre 45 milliards d’euros en 2027, selon le BCG.

Cette nouvelle filière européenne devra donc assurer tout le cheminement, soit:

• l’extraction des matières premières; 
• la production des cellules;
• l'intégration aux voitures électriques; 
• le recyclage.

©Document Commission européenne

document de la Commission européenne

En route vers le zéro carbone

Ce "projet important d'intérêt européen commun" (PIIEC) comptera 17 participants directs de toute la filière, comme le constructeur automobile BMW ou les chimistes BASF et le belge Solvay, mais aussi des petites et moyennes entreprises (PME), dont certaines sont présentes dans plusieurs États membres.

"L'émergence de la filière européenne de batteries contribuera à la réalisation de l'objectif fixé par l'Union européenne de devenir le premier continent neutre en carbone d'ici à 2050."


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n