L'automobile a limité péniblement la casse en 2020

©Photo News

Les immatriculations finissent cette année de pandémie sur un plus bas en 20 ans. Selon D'Ieteren Auto, le retour à des niveaux comme en 2019 n'est pas pour tout de suite.

C'est une année "sans" pour l'automobile. On le savait et les chiffres le prouvent. Avec des garages fermés pendant la première vague et une deuxième vague encore compliquée à gérer, l'année était vouée à finir en négatif. Le verdict est tombé ce lundi, les immatriculations de véhicules neufs ont baissé de 21,55% en 2020 pour 431.491 voitures après une nouvelle baisse (-10,13%) en décembre.

"Le recul est conforme aux estimations que nous avions opérées voici plusieurs mois déjà. Il convient de constater que celui est imputable tant au marché des particuliers (-20,5%) qu’au marché des sociétés (-22,3%)", explique Christophe Dubon, PR à la Febiac.

Des marques comme BMW ou Skoda limitent fortement la casse et gagnent donc de belles parts de marché.

De quoi mettre une sacrée pression sur toute la filière automobile belge du garage indépendant à l'importateur. Mais comme dans toutes les crises, certains s'en sortent mieux que d'autres. Le grand gagnant de l'année est, sans conteste, BMW seule marque du top 20 à afficher une certaine stabilité en 2020 (-0,69%).

Pour les autres, la performance se mesurera d'abord, dans une année si particulière, en termes de parts de marché. Sur la première marche du podium, la marque Volkswagen (-24,94%) fait un peu moins bien que le marché. "Il ne faut pas oublier que la production a été perturbée. Il y a aussi eu des perturbations chez les fournisseurs de l'usine et chez les transporteurs", rappelle, Jean-Marc Ponteville, porte-parole de Volkswagen. "Dans l'automobile, il faut les bons modèles au bon moment", ajoute-t-il.

Concrètement, le best-seller de la marque, la Golf, n'a pas toujours été disponible directement dans toutes ses versions, ce qui s'est traduit par des ventes en moins et un risque de perdre certains clients.

D'Ieteren Auto joue des coudes

D'Ieteren Auto, qui importe les marques automobiles du groupe Volkswagen en Belgique, limite néanmoins bien la casse cette année grâce à Skoda (-2,98%), Audi (-10,04%) et Porsche (+3,34%). Si on ajoute Seat, D'Ieteren Auto possède 23,05% de parts de marché en 2020 contre 21,59% en 2019. Le premium et le luxe résistent d'une manière générale mieux que le marché dans son ensemble. Audi, Mercedes-Benz et BMW gagnent des parts de marché.

En plus d'avoir subi la pandémie, 2020 a aussi été une année de transition au niveau des normes. Les constructeurs devaient atteindre des moyennes de CO2 strictes au niveau européen sous peine d'amendes. Les portefeuilles de produits ont aussi dû être revus en conséquence, ce qui se traduit par des ajustements en termes de vente pour de nombreuses marques, comme c'est le cas d'Opel qui a dû supprimer certains modèles de sa gamme pour rester dans les clous. La marque du groupe PSA qui voit ses immatriculations baisser de 37,5% sur l'année se rattrape en décembre avec des immatriculations en hausse de près de 80% par rapport à décembre 2019.

"Le marché de l'occasion retiendra toute notre attention à l’avenir. On veut y être plus présent, surtout dans les occasions récentes."
Jean-Marc Ponteville
Porte-parole de Volkswagen

Moins d'après-vente

La filière automobile souffre également, car de nombreuses voitures sont restées au garage ce qui va se traduire par moins de travail en atelier. La question maintenant est donc de savoir pour le secteur si la diminution des déplacements va rester importante, même une fois la pandémie passée. L'avènement de la voiture électrique qui demande moins d'entretien sonne à ce titre comme une double peine pour des garages qui vivent beaucoup sur l'après-vente.

"On ne peut pas parler de désaffection de l’automobile de la part du citoyen belge, mais d’une conjoncture qui ne fut guère favorable en 2020. Une récente étude menée par Vias illustre que près de 60% des km désormais parcourus le sont en voiture, contre 55% auparavant, et qu’en Wallonie, 70% des trajets sont effectués en voiture, contre 59% auparavant", insiste Dubon.

Malgré cette note de positivisme, le secteur ne s'attend pas à des niveaux de vente similaires d'ici un petit temps, surtout que cette année 2021 commence sans salon physique, un boost d'ordinaire pour les ventes. Chez D'Ieteren Auto, on pense que le marché restera à des niveaux autour des 450.000 voitures pendant deux à trois ans, loin des 550.000 de 2019.

En attendant, un boom du marché des véhicules d'occasion a été observé en 2020 et tous les vendeurs de voitures neuves vont essayer de se renforcer dans ce créneau.

Le secteur se console avec un marché utilitaire qui résiste mieux qu'anticipé avec une baisse de -12% en 2020 contre une baisse à -22% un temps prévue il y a quelques mois.

Une autre bouée d'oxygène vient aussi du marché de la moto qui fait fi de la crise et progresse de 3,5%, soit sa meilleure année depuis 2011. Un boom de la moto récréative a été observé cette année. BMW Motorrad enregistre d'ailleurs les meilleurs résultats de son histoire en Belgique et au Luxembourg cette année.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés