Publicité

L'automobile tente de se réinventer au salon de Munich

Mercedes-Benz a présenté un véhicule concept très futuriste, le Vision AVTR, un véhicule conçu avec les équipes du film Avatar de James Cameron. ©AFP

Avec des accents très prononcés sur l'aspect durable des voitures et de la mobilité, le salon de Munich a fait la part belle aux véhicules et concepts électriques.

C'était une première attendue avec impatience par l'industrie automobile européenne. Le salon de l'auto de Munich, ou IAA Mobility 2021, prend fin dimanche. Il fut le premier du genre en Europe, depuis le début de la pandémie.

L'ID.Life de Volkswagen ©AFP

Le secteur automobile souffre de pénuries, notamment avec les puces électroniques, mais il n'est certainement pas resté à l'arrêt pendant la crise sanitaire. Il comptait sur l'événement pour se montrer volontaire et résolument tourné vers le futur. Vers les voitures électriques d'abord. Ce sont elles qui sont mises en avant. Il s'agit de prouver au monde que le passage obligé vers l'électrique ne laissera pas votre marque sur le carreau. Volkswagen n'expose, par exemple, aucune voiture thermique.

Au contraire, la marque a annoncé arriver sur le segment des petites citadines électriques avec deux ans d'avance, soit en 2025 avec un véhicule au prix compris entre 20 et 25.000 euros. "Le concept ID. LIFE donne une première idée de ce que sera ce véhicule associant durabilité et numérique et répondant ainsi aux besoins en matière de mobilité urbaine d’une clientèle jeune." Un concurrent de choix pour Renault qui présentait sa Renault 5 prototype "qui donnera naissance à un modèle de série en 2024".

"L'industrie automobile n'est pas juste une partie du problème climatique, mais avant tout une partie centrale de la solution."
Angela Merkel
Chancelière fédérale d'Allemagne

Après l'échec et la fin du salon de Francfort, il avait fallu décider de l'avenir de la grand-messe automobile allemande et c'est finalement Munich qui avait été retenu. Le salon, comme ses prédécesseurs à Francfort, a reçu la visite, incontournable pour tout dirigeant allemand, de la chancelière Angela Merkel.

Reconnaissant que la filière automobile avait longtemps "résisté" à embrasser le grand virage de l'électrification, Angela Merkel a salué les progrès accomplis alors que l'IAA fait la part belle aux nouveaux modèles à batterie. "Cela montre que l'industrie automobile n'est pas juste une partie du problème climatique, mais avant tout une partie centrale de la solution", a-t-elle défendu.

La BMW i Vision Circular est une compacte imaginée par le groupe pour l'année 2040, résolument axée sur la durabilité et le luxe. ©EPA

Les constructeurs allemands se disent ravis de retrouver un salon dans leur pays, mais BMW affiche évidemment le plus grand sourire avec un salon dans sa ville. La marque a levé le voile sur une vision futuriste - à horizon 2040 - d'une voiture électrique baptisée "i vision Circular" 100% recyclable et faite entièrement de matériaux réutilisés ou de ressources renouvelables. Elle présentait également sa iX et sa i4, deux véhicules électriques très importants pour la marque, qui arrivent sur le marché.

Mercedes promet de son côté 660 kilomètres d'autonomie pour sa grande berline EQE, destinée à rivaliser avec Tesla. Et ce en plus de son véhicule futuriste, le Vision AVTR, un véhicule conçu avec les équipes du film "Avatar", de James Cameron.

Les micro-citadines

Ces dernières années, beaucoup de petites voitures disparaissent des gammes des constructeurs automobiles, car elles n'avaient pas assez de marges bénéficiaires pour embarquer les équipements de sécurité et technologiques actuels. Qu'à cela ne tienne, les constructeurs prévoient des véhicules électriques plus petits... qui ne sont pas des voitures. Petites autonomies et petites vitesses en font des véhicules urbains par excellence.

La Microlino est créée par la marque de trottinettes Micro. ©Matthias Balk/dpa

La Microlino (2,5 m de long, 500 kilos) accueille ainsi les visiteurs avec sa porte qui s'ouvre sur l'avant. Inspirée de la BMW Isetta, vendue à travers le monde dans les années 1950, cette toute petite citadine promet entre 100 et 200 kilomètres d'autonomie selon les versions, avec un prix à partir de 12.500 euros hors bonus. "Ce n'est pas une voiture!", lance Wim Ouboter, fondateur de la marque suisse de trottinette Micro, et dont les deux fils développent la marque.

"Mais vous êtes protégés des intempéries et elle est chauffée". En France, la Microlino pourrait être vendue dès 2022 dans les magasins d'électroménager Boulanger, comme sa concurrente la Citroën Ami, vendue chez Fnac-Darty.

Les vélos de la partie

Lors de cet événement de l'IAA chahuté par certaines ONG, dont Greenpeace, les vélos étaient aussi de la partie. Septante modèles étaient ainsi exposés. La concurrence est forte, dans la mesure où une part importante de l'Europe du vélo se réunissait la semaine passée à Lisbonne dans le cadre de la conférence Vélo-city.

Le vélo s'est trouvé une place dans la grand-messe automobile allemande. ©REUTERS

À Lisbonne, la ministre bruxelloise de la Mobilité, Elke Van den Brandt (Groen), a d'ailleurs reçu jeudi le prix de la promotion du vélo "pour les choix clairs qu'elle a faits pour redistribuer l'espace public à Bruxelles en faveur des usagers actifs de la route et qui ont conduit à l'augmentation exceptionnelle de plus de 60% du nombre d'adeptes de la petite reine dans la capitale".

Le résumé

  • Le salon de Munich a lieu jusqu'à dimanche. L'accent y a été mis sur les voitures électriques et les enjeux environnementaux.
  • L'occasion pour les marques de montrer des concepts futuristes et leurs nouveautés électriques.
  • Une partie du salon était consacrée au vélo.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés