L'emblématique BMW i3 électrique n'est pas renouvelée

©AFP

BMW débranche la prise de la i3 qui ne sera pas renouvelée. Elle restera la voiture pionnière du groupe dans l’électrique, même si atypique. Aujourd’hui, la place est à l’électrification complète de toute la gamme.

Depuis plusieurs années déjà, c’est l’un des véhicules électriques les plus vendus de Belgique. Arrivée avec un certain statut de pionnière en 2013, la BMW i3 ne sera pourtant plus renouvelée par le constructeur munichois. Une information dévoilée par le chef des ventes de BMW, Pieter Nota au Financial Times ce week-end.

BMW ne veut plus développer des voitures atypiques et électriques, mais entend désormais électrifier toute sa gamme, via l’hybride d’abord, puis l’électrique. Une électrification plus "mainstream" en quelque sorte. En plus de sa Série 2 active Tourer et de ses Séries 5 et 7, BMW va proposer X5, X3, X1 et Série 3 touring et 5 touring en hybride rechargeable progressivement d’ici la fin 2020.

Mini électrique

Il faut dire que le groupe BMW vient de sortir sa Mini électrique qui répond environ aux mêmes besoins que sa i3.

À côté de cela, BMW a pris un peu de retard pour l’électrification des gammes. Au salon de Francfort, chez BMW, il n’y avait pas de véhicule 100% électrique au contraire de chez Audi avec l’e-tron, et de Mercedes-Benz avec sa EQC. "On a une grosse offensive annoncée. 25 produits électrifiés dont 12 électriques en 2023. La ligne est claire avec la Mini cette année, l’iX3 l’année prochaine et puis la iNext", nous y répondait Jean-Philippe Parain, patron des ventes de BMW en Europe.

La production continue

Si BMW n’entend pas renouveler la i3, cela ne veut pas dire pour autant que la société arrêtera d’en vendre.

La société continuera à écouler des i3 tant que cela aura du sens commercialement et au niveau de la production. "Aucune date de fin de production n’a été annoncée. La i3 est le seul modèle qui connaît des ventes en croissance année après année depuis son lancement", tempère d’ailleurs Jeroen Lissens, porte-parole de BMW en Belgique.

Depuis la i3, BMW a changé son fusil d’épaule. Elle ne veut plus de véhicules dédiés à l’électrique, mais des modèles qui peuvent être déclinés dans les différents types d’énergie. En bref, une flexibilité totale de la production en fonction de la demande. "C’est important de pouvoir faire le choix sur la même ligne de production entre le thermique et l’électrique en fonction du choix du client. Il y a des marchés qui sont mûrs pour l’électrique et d’autres moins. Notre stratégie de pouvoir par exemple faire une Série 4 grand coupé ou une BMW i4 sur la même ligne est la bonne stratégie", estime Jean-Philippe Parain.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect