Publicité

L’équipementier français Faurecia va racheter 60% de l'allemand Hella

Ensemble, les deux équipementiers pesaient environ 23 milliards d'euros cette année. ©Belga

La transition de l’industrie automobile se passe aussi dans l'ombre. Faurecia va prendre une part majoritaire dans Hella et propose un rachat total pour créer un géant mondial.

Il y a eu ces dernières semaines des annonces fracassantes, à coups de dizaines de milliards d’euros, de la part des grands constructeurs automobiles bien connus du grand public, qui annoncent leur électrification. Voici un mouvement opéré par des équipementiers, moins connus, certes, mais qui témoigne du même mouvement.

L'équipementier français Faurecia a signé un accord pour acquérir 60% du capital de son concurrent allemand Hella. Parallèlement, le fournisseur français va lancer une offre publique d'achat en numéraire sur l'ensemble des titres restants au prix de 60 euros par action. La clôture de l’opération est prévue début 2022, selon le communiqué.

"Ensemble, nous serons idéalement positionnés pour répondre aux évolutions stratégiques qui transforment notre industrie."
Patrick Koller
Directeur général de Faurecia

Alors que le marché est en pleine transition vers la mobilité zéro émission, cette opération traduit la volonté de Faurecia de transformer sa stratégie et d'investir dans des segments à forte croissance, en mettant l'accent sur l'innovation dans les technologies mobiles

"Ensemble, nous serons idéalement positionnés pour répondre aux évolutions stratégiques qui transforment notre industrie", affirme Patrick Koller, directeur général du groupe.

Se détacher des moteurs à combustion

Parmi les objectifs visés par Faurecia, on retrouve celui de réduire son exposition aux ventes de véhicules à moteur à combustion interne, de 25% des ventes en 2020 à environ 10% en 2025. Hella, basée à Lippstadt et spécialisée dans la fabrication de dispositifs d'éclairage et de composants électroniques, compte 36.000 employés.

Le rapprochement entre les deux groupes donnera naissance à "un acteur majeur dans les domaines de l'électronique et des logiciels", qui pourrait devenir le 7e fournisseur automobile mondial, indique Faurecia. Au total, le chiffre d'affaires combiné des deux entités est de l'ordre de 23 milliards d'euros cette année.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés