L'incertitude sur les moteurs plombe le marché automobile belge

©EPA

Le marché automobile belge est en contraction sur trois mois, de près de 6%. Un salon mitigé, les nouvelles normes et une incertitude sur le bon choix de véhicule tirent le marché vers le bas après un très bon cru 2018.

2018 semble déjà loin pour le monde automobile belge. Après des années de hausse continue, le marché belge de l’automobile est en contraction. Les immatriculations sur les trois premiers mois de 2019 sont en baisse de 5,85% par rapport à l’année passée. 

Ces chiffres laissent entendre que le salon de l’auto n’a pas été le meilleur de ces dernières années. A la sortie de celui-ci, plusieurs constructeurs se plaignaient en effet d’un salon arrivant plus tard que les autres années et de clients qui ne savaient plus quelle motorisation choisir, entre les déboires du diesel, les changements législatifs et la taxation incertaine à l’avenir. 

"Le contexte politique incertain entourant essentiellement le choix des différents types de motorisations n’aide pas les clients à conclure un acte d’achat et pousse le consommateur à la prudence"
Christophe Dubon
Conseiller PR à la Febiac

A la Febiac, la Fédération belge de l’industrie automobile et du cycle, on estime que le salon de l’auto n’a pas été si mauvais. On en veut pour preuve les bons chiffres de vente de véhicules utilitaires légers (+ 3,11% sur trois mois) et des deux roues motorisées avec une progression de près de 50% pour les cyclomoteurs et de près de 10% pour les motos sur trois mois.

Néanmoins, pour l’auto, c’est une autre histoire. On en convient à la Febiac. Il y a d’abord le reste de handicap lié au changement de normes en septembre dernier, du NEDC vers le WLTP, qui a paralysé une partie du marché. Le passage d’un cycle de tests à un autre n’a en effet pas aidé les affaires des constructeurs automobiles, surtout ceux qui n’étaient pas vite prêts au changement. 

10.000 voitures de moins

Mais c’est surtout le politique que la Febiac montre du doigt. "Le contexte politique incertain entourant essentiellement le choix des différents types de motorisations n’aide pas les clients à conclure un acte d’achat et pousse le consommateur à la prudence et à la prolongation de la conservation de son véhicule actuel. Les clients ne savent plus quel carburant choisir", détaille Christophe Dubon, conseiller PR à la Febiac.

10.000
voitures
En tout, ce sont près de 10.000 voitures en moins qui ont été écoulées sur les trois premiers mois de 2019 par rapport à 2018.

Sur la première marche du podium, Volkswagen limite la casse avec une performance stable sur trois mois. La marque peut notamment se targuer de proposer un nombre important de types de motorisations dont le gaz naturel. Elle profite aussi de son offensive SUV.  Dans le Top 10, notons la bonne performance de Volvo qui voit ses immatriculations progresser de 10% environ. Certains marques généralistes comme Citroën, Opel ou Ford font mieux que le marché avec des performances stables ou en légère baisse. 

D’autres comme Peugeot ou Renault souffrent d'avantage. En tout, ce sont près de 10.000 voitures en moins qui ont été écoulées sur les trois premiers mois de 2019 par rapport à 2018.

©MEDIAFIN

Mercedes rattrape du terrain 

En pleine discussion sur les voitures de société, les marques de voitures Premium continuent, elles, à se battre pour le leadership allemand haut de gamme en Belgique. Mercedes-Benz continue à se rapprocher de son concurrent munichois BMW. "On a connu un bon salon, on commence à livrer et ça se voit dans les chiffres. L’effet du fleet marche toujours. La nouvelle Classe A fonctionne super bien. Elle réalise le double de la BMW Serie 1 ou de l’Audi A3. Ancienne CLA marche bien aussi, car on offre des bon deals en fin de vie", détaille Bastien Van den Moortel, en charge des relations presse de Mercedes-Benz Belux.

Mercedes-Benz tutoie donc le même niveau de ventes sur trois mois que l’année passée. Dans le même temps, BMW perd plus de 11% d’immatriculations et Audi près de 20%. Si bien que Mercedes-Benz n’a plus que 1.000 ventes de retards sur BMW et 2.400 ventes d’avances sur Audi. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect