La Belgique veut une date européenne pour la fin du véhicule thermique

Les constructeurs sont secoués en Europe par les nouveaux venus comme Tesla et des objectifs de CO2 toujours plus contraignants. ©Maud Dupuy

La Belgique a l'intention de sortir du véhicule thermique mais n'a pas d'objectif de date. Avec 8 autres pays, elle plaide à l'Europe que la Commission fixe une date commune.

L'annonce a du panache. La Belgique, ensemble avec 8 autres pays, "lance un appel à la Commission européenne pour des véhicules à zéro émission". En clair, ces 9 pays demandent une date unique pour passer à la fin du véhicule thermique.

La Belgique veut être "leader" dans le changement vers un transport routier plus durable, et est ici à l'initiative, avec le Danemark et les Pays-Bas, communiquent mercredi la ministre de l'Énergie Tinne Van der Straeten et le ministre de la Mobilité Georges Gilkinet. Les deux ministres, issus des rangs écologistes, ont signé le document au nom du gouvernement belge. L'Autriche, l'Irlande, la Grèce, la Lituanie, le Luxembourg et Malte soutiennent également cet appel, précisent-ils.

Cependant, la Belgique n'est pas la plus avancée en matière de véhicules zéro émission. La Norvège, pays par excellence de la mobilité électrique, a déjà choisi la date de 2025. L'Irlande, les Pays-Bas, la France, la Slovénie, la Grande-Bretagne ou encore la Suède ont tous des dates entre 2030 et 2040 pour la sortie du véhicule thermique.

Accord de gouvernement

La Belgique a la même intention, mais n'a pas encore de date, mis à part pour les véhicules de société (2026). "Pour l'instant, nous travaillons dans le cadre de l'accord de gouvernement", nous répond-on au cabinet de Georges Gilkinet. Dans celui-ci, il est prévu qu'à terme, seule la vente de véhicules zéro émission sera autorisée en Belgique. Mais avec beaucoup de conditions préalables comme l'offre en suffisance de voitures à coût abordable et que des analyses sur le cycle de vie soient disponibles. "Dans ce cadre, le gouvernement tiendra compte également de l’incidence de cette transition sur les finances publiques (notamment l’impact sur les accises). En concertation avec les Régions, le gouvernement examinera le développement de l’infrastructure nécessaire et les échanges de données. Cela devrait également permettre d’utiliser des véhicules électriques dans un réseau électrique flexible", peut-on lire dans l'accord gouvernemental.

Nombreux obstacles

Si l'intention est écrite noir sur blanc, les obstacles sont donc encore très nombreux pour que cette fin du véhicule thermique devienne une réalité en Belgique. Le concept d'une voiture zéro émission fait aussi débat, car il omet souvent la production des véhicules et l'extraction de leurs matériaux. Une réalité néanmoins bien comprise par les constructeurs automobiles qui visent dans leur grande majorité une production au moins compensée en carbone.

"Donner un cap clair au niveau européen permettra aux constructeurs concernés d'innover en faveur de voitures zéro émission à coût abordable."
Georges Gilkinet
Ministre de la Mobilité

L'ONG Greenpeace s'est réjouie de la signature de la Belgique, mais demande également à la Belgique de ne pas attendre la Commission pour fixer elle-même une date.

Cependant, la démarche belge a du sens dans la mesure où les décisions des constructeurs automobiles ne dépendront pas uniquement de la seule volonté de notre pays. "Donner un cap clair au niveau européen permettra aux constructeurs concernés d'innover en faveur de voitures zéro émission à coût abordable", explique le ministre Georges Gilkinet.

La pression mise sur la Commission n'est pas anodine. Celle-ci doit revoir d'ici juin ses objectifs de CO2 pour les voitures vendues en 2030.

Certaines marques comme Volvo, Jaguar ou Ford n'ont pas attendu la Commission pour aller vers du tout électrique en Europe d'ici 2030. Le plus gros défi se situe au niveau de l'infrastructure d'une part et chez les généralistes avec beaucoup de volumes d'autre part. Volkswagen par exemple vient de décider de doubler son objectif de véhicules électriques d'ici 2030, soit 70% de ces ventes. Ce qui serait déjà une prouesse...

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés