La chasse au CO2 est ouverte dans les palais du Heysel

©Tim Dirven

Au Salon de l’auto, tout le monde s’attelle à proposer des alternatives aux moteurs classiques. Le couperet législatif européen est pour dans un an. Il s’agit maintenant de vendre ces véhicules.

Un petit tour au Salon de l’auto vous donne la tendance.Tous les constructeurs s’affairent à vendre des solutions alternatives aux moteurs thermiques classiques. Il faut dire que 2019 sera la dernière année avant que les constructeurs automobiles ne doivent arriver à des ventes de véhicules qui émettront 95 grammes de CO2 par km en moyenne au maximum. Dans les allées des palais du Heysel, la donne est donc clairement en train de changer. Les constructeurs automobiles doivent vendre des véhicules plus verts. Surtout que c’est d’autant plus intéressant en termes de fiscalité.

Les incontournables du Salon de l'auto de Bruxelles 2019

Cependant, les marques diffèrent dans leur stratégie de "verdisation" des gammes. Beaucoup parient évidemment sur l’électrique. Les modèles arrivent maintenant les uns après les autres. C’est le cas de l’Audi e-tron, la première voiture électrique d’Audi produite à Forest. 700 précommandes ont été enregistrées rien qu’en Belgique pour le véhicule. "Nous avons appelé tous les pre-bookers fin décembre et 90% d’entre eux indiquent qu’ils sont toujours prêts à passer une commande", dit Sofie Luyckx, porte-parole d’Audi Belgique. A la concurrence, le SUV de Mercedes-Benz de segment C, l’EQC, est aussi présent sur le Salon, même si on ne le retrouvera dans les showrooms belges qu’en novembre.

Les amateurs iront aussi voir la Tesla Model 3 au Salon, même si elle n’est pour l’instant disponible que dans ses versions les plus chères en Europe. Hyundai s’est également lancée dans la bataille. Après son Ionic, c’est désormais la Kona électrique qui est commercialisée. L’importateur Alcopa (Moorkens) attend beaucoup du véhicule. "Nous avons une allocation de 500 Kona électriques pour cette année et nous pouvons monter jusqu’à 700 en cas de besoin", explique William Meerschaut, porte-parole de Hyundai.

Foule de solutions

Presque aucune marque ne pourra faire l’impasse sur les véhicules électriques. Mais cela ne veut pas dire qu’il s’agit de leur unique option pour diminuer le CO2 des voitures sur le marché. Ford, par exemple, présente à Bruxelles sa Mondeo Hybrid Clipper en première mondiale. Cette version break de sa Mondeo hybride est une familiale d’une taille considérable. Elle affiche 103 grammes de CO2 et aura donc sa place dans les flottes.

"L’électrification est notre plus gros défi."
Linda Jackson
CEO de Citroën

Le Salon de l’auto de cette année est un "petit Salon" et donc également axé sur l’utilitaire. Dans le domaine également, les constructeurs abondent en véhicules électriques. Le stand de Renault affichait fièrement toute sa gamme électrique vendredi, tout comme le e-Vito en bonne place chez Mercedes-Benz. Dans le style original, il y a des utilitaires comme le Ford Transit Custom PHEV, un van électrique rechargeable sur secteur avec une autonomie de 50 km sur batterie et un "range extender" avec un petit moteur d’1 litre qui ne sert qu’à recharger la batterie. L’un dans l’autre le véhicule peut totaliser 500 kilomètres d’autonomie, même si le but est évidemment de rouler un maximum sur l’électricité.
Les hybrides, rechargeables sur secteur ou non, continueront à jouer un grand rôle cette année. Les marques fortes dans le domaine depuis plusieurs années (Toyota, Mitsubishi, etc.) ont donc une carte à jouer. Rouler au gaz naturel peut aussi s’avérer intéressant tant d’un point de vue économique qu’au niveau des émissions de CO2, de NOx et de particules fines (L’Echo 05/01). Il y a aussi les véhicules à hydrogène comme le Nexo de Hyundai.

Ce qui pourra également retenir l’attention du visiteur, c’est le tout nouveau moteur de Mazda, le Skyactiv X, un moteur essence qui "fonctionne comme un diesel". Un moteur disponible sur la nouvelle Mazda 3 dès septembre. Il émet peu de particules fines et de NOx tout en corrigeant le défaut de l’essence, à savoir sa consommation plus grande.

Les constructeurs sortent l’artillerie lourde pour éviter les centaines de millions d’euros d’amende en cas de dépassement des seuils européens en 2020. Reste à convaincre les consommateurs.

Un moteur dans le ventre

Le Salon de l’auto de Bruxelles reste une exception dans le paysage mondial. A l’heure où de nombreuses marques abandonnent les grands salons automobiles comme Francfort, Paris, Detroit ou Genève, tous les constructeurs du marché sont présents dans les Palais du Heysel. Un salon qui reste un must commercialement. Avec près de 500.000 visiteurs, le Salon attire 1 Belge sur 22, le "plus gros ratio au monde" pour un show automobile, assurent les organisateurs. La Belgique reste aussi un pays de production de voitures. 200.396 voitures ont été produites chez Volvo Gand en 2018. Chez Audi Brussels, pas question pour l’instant de fournir les chiffres de production de la nouvelle voiture électrique. "Nous avons produit un total de 63.860 Audi A1 et S1. La toute dernière Audi A1 a quitté les chaînes de montage le 1er août. Après une dernière phase de travaux de transformation sur les installations de l’usine, la mise en production de l’Audi e-tron a eu lieu le 3 septembre 2018", détaille Andreas Cremer, secrétaire général de l’usine.

Un moteur dans le ventre

Le Salon de l’auto de Bruxelles reste une exception dans le paysage mondial. A l’heure où de nombreuses marques abandonnent les grands salons automobiles comme Francfort, Paris, Detroit ou Genève, tous les constructeurs du marché sont présents dans les Palais du Heysel. Un salon qui reste un must commercialement. Avec près de 500.000 visiteurs, le Salon attire 1 Belge sur 22, le "plus gros ratio au monde" pour un show automobile, assurent les organisateurs. La Belgique reste aussi un pays de production de voitures. 200.396 voitures ont été produites chez Volvo Gand en 2018. Chez Audi Brussels, pas question pour l’instant de fournir les chiffres de production de la nouvelle voiture électrique. "Nous avons produit un total de 63.860 Audi A1 et S1. La toute dernière Audi A1 a quitté les chaînes de montage le 1er août. Après une dernière phase de travaux de transformation sur les installations de l’usine, la mise en production de l’Audi e-tron a eu lieu le 3 septembre 2018", détaille Andreas Cremer, secrétaire général de l’usine.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect