La dette d'Umicore déçoit

©Dries Luyten

Umicore présente de bons chiffres semestriels, avec un bond des ventes de ses matériaux cathodiques. La société profite largement de la croissance rapide du marché des véhicules électriques. Mais sa dette est plus importante que prévu...

Que nous apprend le rapport semestriel d'Umicore pour le 1er semestre? Que les affaires marchent plutôt bien. L'essentiel des chiffres sont en hausse, et meilleurs qu'attendu:

· le chiffre d'affaires progresse de 16%, à 1,7 milliard d'euros
· Le rebitda gagne 23% à 364 millions
· Le rebit augmente de 28%, à 261 millions
· Le résultat net récurrent part du groupe gagne 22% à 163 millions
· Le bénéfice par action récurrent s'établit ainsi à 69 cents, en hausse de 12%.

Un dividende intérimaire de 35 cents par action sera distribué en août. Ce montant correspond à la moitié du dividende annuel payé pour l'exercice 2017.

On apprend aussi que les investissements de croissance avancent "comme prévu", avec des dépenses d’investissement s’élevant à 198 millions d'euros au premier semestre. Et ces dépenses d’investissement devraient croître au cours du deuxième semestre. En effet, Umicore prévoit 600 millions d'investissements cette année. Il reste donc un gros effort à faire.

Au 30 juin 2018, la dette financière nette d'Umicore s'élevait à 429 millions d'euros, en baisse (840 millions au début de l'année), suite aux recettes nettes de 881 millions de l’augmentation de capital en février et aux flux de trésorerie pendant cette période. Le consensus de Reuters espérait néanmoins voir la dette à 206,8 millions, bien plus bas donc. Ce qui déçoit les investisseurs.

Qu'en est-il des différents départements?

→ Les revenus (+12%) et bénéfices de Catalysis ont augmenté par rapport à l’exercice précédent, malgré que le marché mondial des véhicules légers a enregistré une croissance modeste de 1,7 %. Mais la hausse s’explique notamment par une contribution plus importante du segment des catalyseurs diesel poids lourds qui a profité de l’intégration réussie des activités de Haldor Topsoe acquises en décembre 2017. Les revenus de Precious Metals Chemistry aussi ont augmenté par rapport à l’exercice précédent.

→ Les revenus d’Energy & Surface Technologies ont progressé de 63%, grâce à la forte croissance de Rechargeable Battery Materials et de Cobalt & Specialty Materials. Le Rebit a gagné 97%. Les revenus de Rechargeable Battery Materials ont ainsi été nettement supérieurs à l’exercice précédent, principalement grâce à la forte demande de matériaux cathodiques exclusifs, utilisés dans les batteries lithium-ion destinées au secteur des transports.

©rv

→ Du côté de Recycling, les revenus ont été légèrement inférieurs en glissement annuel (-4 %) suite à la vente des activités européennes Technical Materials en janvier 2018. La mise en service progressive de la nouvelle capacité à Hoboken durant les six premiers mois de l'année a augmenté le débit de production et les volumes traités par rapport à l'exercice précédent. Une hausse qui devrait se poursuivre au deuxième semestre de l’année, avec donc une augmentation des volumes des matériaux traités pour toute l’année 2018 par rapport à 2017.

Côté perspectives, Umicore mise toujours sur un Rebit de 510 à 550 millions d'euros pour l'année. A noter que la majorité de la croissance devrait provenir d'Energy & Surface Technologies.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content