La prime des travailleurs d'Audi Brussels au niveau de celle du groupe

©REUTERS

La crise a frappé chez Audi en 2018. Les travailleurs de Forest voient leur prime diminuer mais bien moins que celle des travailleurs allemands. Ils toucheront 3610 euros bruts contre 3797 brut l’année passée, soit 20 euros de moins qu'un travailleur bavarois.

Nouvelles normes, suites du dieselgate, électrification... 2018 a été une année compliquée pour Audi . Le chiffre d'affaires du groupe diminue de 500 millions d'euros à 59,25 milliards d'euros, le résultat opérationnel se contracte de plus d'un milliard d'euros à 3,53 milliards d'euros.

3610 euros chez Audi Brussels

Le bonus des travailleurs d'Audi Brussels sera de 3610 euros pour 2018 contre 3797 euros l'année passée. C'est certes une diminution mais bien moins grande que celle des travailleurs d'Ingolstadt. Leur bonus 2018 est ainsi de 3.630 euros contre 4.770 euros un an plus tôt. "Ce n’est pas à dû à l’amende du diesel gate", assure le patron Bram Schot. 

Son collègue Peter Kössler, en charge de la production d'Audi, a remercié les équipes pour le travail effectué."C’est un super job qu’ils font là-bas. L’équipe est vraiment opérationnelle. La décision a été prise il y a quelques années et nous sommes très contents avec le choix" a-t-il indiqué. Au-delà des remerciement d’usage, le fait que la prime "belge" soit à peine 20 euros plus basse que la prime des travailleurs allemands semble confirmer que le management est content.

Les éléments exceptionnels ont pesé fort sur le résultat. Une amende de 800 millions d'euros a été payée par Audi dans le cadre du dieselgate. Le WLTP a pesé sur les chiffres en 2018. Au niveau de tout le groupe Volkswagen, l'impact a été d'un milliard d'euros. On ne connaît pas le détail pour Audi, mais l'un dans l'autre, le retour sur vente d'Audi était de 6% en 2018 contre 7,8% en 2017.

"Nous ne pouvons pas être satisfaits de notre performance. Audi a d'excellents produits sur le marché, mais en termes de business, nous avons manqué la transition WLTP, comme stress test ultime", insiste le CEO d'Audi Bram Schot.

Les nouvelles procédures d'homologation européennes ont été mal anticipées par Audi. Les files se sont multipliées à la case homologation, si bien que certaines versions n'étaient plus disponibles et certaines ne le seront plus du tout.

©EPA

Sur 2018, les ventes de véhicules d'Audi sont donc en baisse de 3,5% à 1,81 million de véhicules écoulés dans le monde. En Belgique, les ventes d'Audi sont en baisse de 14,4% en 2018 et la part de marché a décroché de 0,85 point de pourcentage soit 5,38%. En Europe, la baisse est équivalente avec des livraisons en baisse de 13,9%. Aux Etats-Unis en comparaison, la baisse des livraisons n’est que de 1,4%.

La Chine, les SUV et Lamborghini ont permis de limiter la casse.

"Nous ne pouvons pas être satisfaits de notre performance."
Bram Schot
CEO d'Audi

Audi veut atteindre dans le futur retour opérationnel avant éléments exceptionnels entre 9 et 11%, soit une fourchette encore plus haute qu'auparavant (8 à 10%). En 2018, ce retour n'était que de 7,9%, ce que le nouveau patron d'Audi, le Hollandais Bram Schot, trouve également insuffisant. Celui-ci a repris les commandes d'Audi après l'incarcération de Rupert Stadler dans le cadre du dieselgate. "C’était un choc pour tout le monde ici quand il a été arrêté, ça a gelé les équipes. On a pris le temps d’écouter tout le monde pour que nos employés puissent être fiers à nouveau dans l'avenir", dit Bram Schot.

Il arrive avec un style offensif. Audi prévoit des économies de 15 milliards d'euros sur la période 2018-2022. Les travailleurs de la marque en Allemagne vont participer à l'effort. "On va simplifier notre portefeuille produits. On développe de plus en plus de manière digitale les voitures, ce qui réduit les coûts considérablement. On fusionne les doublons, comme par exemple les fonctions en Chine. On va voir si on remplace les employés quand ils partent pour savoir si c’est le genre de profil que l’on a besoin pour le futur", détaille Alexander Seitz en charge notamment des Finances et la Chine chez Audi. 

La marque aux quatre anneaux compte ainsi sur ses volumes à venir dans la mobilité électriques pour faire des économies d'échelle. 5 voitures entièrement électriques seront disponibles dès la fin de l'année prochaine et 30 véhicules électrifiés seront proposés en 2025.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Partner content