Publicité
Publicité

Le confinement met quasi à l'arrêt la vente de voitures

Le début du confinement fait déjà baisser les immatriculations annuelles de voitures neuves de 17% et celles des voitures d’occasion de 6% sur les trois mois de l'année. ©REUTERS

La crise du coronavirus frappe le secteur auto de plein fouet. Les vendeurs de voitures ont vu leurs immatriculations s'effondrer de plus de 85% pour les voitures d'occasion et de 93% pour les véhicules neufs sur la dernière semaine de mars. "Du jamais vu", selon Traxio.

C’était prévisible, mais la chute est cependant encore plus vertigineuse qu’anticipée. Les immatriculations de voitures neuves affichent une chute de 93% sur la dernière semaine de mars et celles de voitures d’occasion de 85%.

"Il est impossible aux négociants automobiles de livrer les véhicules qui sont prêts aux clients alors que leur stock de véhicules neufs et d’occasion leur coûte une fortune chaque jour."
Filip Rylant
Porte-parole de Traxio

"Selon toute vraisemblance, cette tendance négative devrait se poursuivre au cours des prochaines semaines", prévient l’association des distributeurs automobiles Traxio, qui anticipe que son secteur sera durement touché par la crise du Covid-19. Le début du confinement fait déjà baisser les immatriculations annuelles de voitures neuves de 17% et celles des voitures d’occasion de 6% sur les trois mois de l'année.

Des stocks qui "coûtent une fortune"

"Les mesures prises dans la lutte contre le coronavirus ont forcé les show-rooms à fermer leurs portes depuis le 18 mars. Avec, pour conséquence, la quasi-paralysie des ventes aussi bien de véhicules neufs que d’occasion. Impossible également aux négociants automobiles de livrer les véhicules qui sont prêts aux clients alors que leur stock de véhicules neufs et d’occasion leur coûte une fortune chaque jour. Et il n’en sera pas autrement dans les prochaines semaines. L’incertitude règne quant à la reprise des ventes après l’assouplissement des mesures. Et lorsque relance il y aura, la livraison et l’immatriculation des commandes de voitures neuves se feront encore attendre", détaille Filip Rylant, porte-parole de Traxio.

C'est inquiétant pour tout le secteur alors que, selon les chiffres dévoilés par L’Echo en décembre dernier, la rentabilité des concessionnaires a de nouveau été mise sous pression en 2018. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés