Le marché auto au beau fixe en 2018, mais le premium a souffert

Parmi les marques Premium, c’est Audi qui souffre le plus avec des immatriculations qui se contractent de 13,8%. ©REUTERS

Le marché automobile belge enregistre sa deuxième meilleure année de l’histoire. Les normes ont chamboulé la donne cette année et les marques premium reculent.

L’année écoulée a été particulière pour les importateurs de voitures neuves en Belgique. Le changement de normes à la fin de l’été a complètement chamboulé le marché avec des immatriculations en plein boom en juillet et surtout en août pour écouler les stocks produits sous l’ancien carnet de conformité. S’en sont suivis des mois de contractions à partir de septembre. Décembre ne fait pas exception. Les immatriculations en Belgique sont en contraction de 17,37% sur ce seul mois. 

549.632 
voitures
C'est le nombre de voitures immatriculées en 2018 en Belgique.

L’un dans l’autre, l’année est stable dans les chiffres avec des immatriculations en hausse de 0,56% sur les douze premiers mois de l’année pour un total de 549.632 voitures immatriculées en 2018. "On fait la deuxième meilleure année de l’histoire avec les voitures neuves. Ça démontre l’enthousiasme du marché", insiste Christophe Dubon, PR à la Febiac, la Fédération belge des constructeurs automobiles. La meilleure année reste 2011, avec la fin des primes sur les voitures rejetant peu de CO2. "Pour la quatrième année consécutive, le marché belge de l’automobile neuve se referme donc sur un résultat en progression", pointe encore la Febiac.

Il se pourrait néanmoins que les effets du changement de normes se voient encore dans les mois qui viennent, même si le début de l’année sera marqué par le salon de l’automobile. La Febiac estime que les chiffres de 2018 restent "pleins de promesses" et laisse entendre que 2019 sera une année stable au niveau des immatriculations de voitures neuves. 

Le premium à la baisse

"Le marché reste enthousiaste. C’est plein de promesses pour 2019."
Christophe Dubon
Febiac

En 2018, les résultats par marque sont fort variés. Le premium souffre dans son ensemble. Dans le top 10, c’est Audi, l'une des marques importée par D’Ieteren, qui souffre le plus avec des immatriculations qui se contractent de 13,8% pour 28.710 immatriculations. Dans la bataille du premium, Audi se situe désormais à près de 7.000 véhicules derrière Mercedes-Benz et plus de 11.000 unités derrière BMW. Deux marques qui ont vu leurs immatriculations baisser de 5% en 2019. "Une des raisons, c’est l’homologation avec les nouvelles normes WLTP qui ont pris plus de temps que voulu, surtout sur l’A4, l'un de nos plus gros volumes. Dans le même temps, plusieurs modèles étaient en fin de cycle de vie, comme l’A1, la Q3 et l’A6. Les commandes baissent en attendant les nouvelles versions. Enfin sur l’A6, on n’a pas eu les moteurs idéaux directement pour le marché fleet", détaille Sofie Luyckx, la porte-parole d’Audi en Belgique.

Mais Volkswagen est un grand groupe et D’Ieteren peut compter sur de bonnes performances des autres marques de la galaxie VW. Ses marques généralistes ont connu une belle "actualité produit", notamment avec la sortie de plusieurs SUV.  La marque Volkswagen est bon leader du marché belge avec 52.738 "immats" et une progression de 4,51%. Skoda progresse de 2% et Seat de plus de 27% grâce à une gamme élargie avec Ateca et Arona qui "représentent plus de 50% des ventes", nous répond Dries de Weert, PR de Seat en Belgique. "Les SUV amènent pas mal de crédibilité à la marque et attirent les gens dans les showrooms qui peuvent repartir ensuite avec une Leon ou une Ibiza", ajoute-t-il. 

Les importateurs belges ont le sourire en général. Les deux plus grandes marques du groupe Moorkens progressent (Hyundai +10%; Suzuki +1,28%). Autre importateur historique du marché, Beherman peut se satisfaire d’une belle progression de Mitsubishi (+ 29%) en 2018.

©MEDIAFIN

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content