Le marché auto en panne, et ce n'est pas fini

En matière d'immatriculatinos de voitures neuves, PSA Peugeot Citroën a plongé de 10,8% en juin. © AFP ©AFP

Le marché automobile européen a reculé de 6,3% en juin, avec 1.175.363 immatriculations contre 1.254.022 un an plus tôt, selon des données publiées mardi par l'Association des constructeurs européens d'automobiles. Le marché européen ne montre ainsi aucun signe de rétablissement après avoir connu en 2012 sa plus mauvaise année en 17 ans.

Le marché automobile européen a continué de s'enfoncer en juin, avec des immatriculations de voitures neuves en repli de 5,6%, selon des données publiées mardi par l'Association européenne des constructeurs automobiles (ACEA), et sans perspective de forte reprise dans l'immédiat.

En juin. Au total, 1,13 million de voitures neuves ont été écoulées le mois dernier dans les 27 pays de l'UE (hors Malte dont les données n'étaient pas disponibles), un chiffre qui constitue le plus faible niveau de ventes depuis 1996, précise l'ACEA dans un communiqué.

Comme lors des mois précédents, le seul marché en hausse (+13,4%) est le Royaume-Uni, tandis que les ventes en Allemagne (-4,7%), en Italie (-5,5%) et en France (-8,4%) ont reculé. Elles sont restées pratiquement stables en Espagne (-0,7%) grâce à un plan d'aide gouvernemental d'achat d'un véhicule neuf, ce qui n'empêche pas le marché d'être à son niveau le plus bas depuis 20 ans.

Cette morosité affecte plus ou moins les constructeurs. Le numéro un européen, Volkswagen, fort de ses différentes marques (Volkswagen, Audi, Seat, Skoda et autres), parvient toujours à limiter la casse (-3,4%), alors que le numéro deux, le français PSA Peugeot Citroën, a plongé de 10,8%. Son compatriote Renault a vu en revanche ses ventes progresser de 1,3% le mois dernier, un chiffre qui s'explique par le succès de sa marque roumaine à bas coûts Dacia.

Sur le premier semestre, la tendance est la même, avec 6,6% de voitures neuves immatriculées en moins dans l'UE par rapport à la même période de l'année précédente, à 6,2 millions. Les ventes ont reculé sans discontinuer depuis plus d'un an et demi, exception faite du mois d'avril où elles avaient connu une timide reprise qui s'expliquait essentiellement par le fait que le mois comptait deux jours ouvrés en plus que l'année précédente.

 

Le marché britannique surnage

Le groupe le plus touché est PSA, dont les immatriculations ont décroché de 13,3%. Il est particulièrement présent dans le sud de l'Europe, c'est-à-dire sur les marchés les plus moroses.

Les autres constructeurs automobiles généralistes sont aussi à la peine: les ventes des américains General Motors et Ford ont décroché respectivement de 11% et de 9,6%, celles de l'italien Fiat de 10% et celles du japonais Toyota de 8,1%. Renault (-4,5%) a aussi profité sur l'ensemble du semestre des performances de Dacia.

Là encore, parmi les principaux marchés, seul le Royaume-Uni a vu les ventes grimper de 10% à 1,163 million. L'Association britannique des constructeurs et des vendeurs d'automobiles (SMMT) espère que 2013 sera un meilleur cru que 2012, année où 2,04 millions de voitures avaient été immatriculées.

A l'inverse, les ventes ont continué à plonger en Allemagne, en France, en Italie et en Espagne. La situation devrait toutefois se redresser un peu au second semestre, selon les pronostics des professionnels.

 

Et pour l'avenir?

Pour l'Allemagne, premier marché automobile européen, la fédération du secteur (VDA) table sur un léger recul des immatriculations pour l'ensemble de

Encore un recul de 5%

Le patron du constructeur de voitures haut de gamme allemand BMW s'attend à un recul de 5% du marché de l'automobile en Europe de l'ouest en 2013, explique-t-il dans un entretien à un journal allemand mardi.
"Dans l'ensemble, le marché ouest-européen devrait reculer d'environ 5% cette année et continuer de représenter un grand défi pour les constructeurs automobiles", déclare Norbert Reithofer au quotidien économique Börsen-Zeitung.
Une situation qui devrait perdurer selon lui jusqu'à la mi-2014. "Peut-être verrons nous une légère reprise du marché au cours du second semestre 2014", ajoute-t-il.

l'année, entre 2,9 et 3 millions, alors qu'en 2012 elles s'étaient élevées à 3,083 millions. En France, le Comité des constructeurs français d'automobile (CCFA) a confirmé sa prévision d'une baisse de 8%, avec un marché qui tomberait ainsi au plus bas depuis 1997.

Les perspectives pour l'Espagne restent plus sombres. L'association de concessionnaires Ganvam dit s'attendre à des ventes de voitures de 700.000 unités en 2013, soit un volume similaire à celui de 2012, au plus bas depuis vingt ans, et ce malgré un plan d'aide gouvernemental d'aide à l'achat d'un véhicule neuf. En Italie, les nouvelles immatriculations ont reculé de 10,31%.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés