Le marché automobile brésilien s'effondre

©AFP

La récession et la crise politique actuelle ont fait chuter les ventes de voitures au Brésil de plus de 25% au premier trimestre. Les motos souffrent aussi.

Le marché automobile brésilien, important pour les constructeurs, s'est effondré au premier semestre de l'année, plombé par la récession qui frappe le pays sud-américain et une crise politique.

-25,4%
Le recul des ventes de voitures, camionnettes, bus et camions au Brésil au 1er semestre 2016.

Depuis le début de l'année, les concessionnaires n'arrivent pas à vendre plus de 8.000 voitures par jour. Au total du semestre, les ventes de voitures, camionnettes, bus et camions ont reculé de 25,4%, à 983.599 unités, selon l'organisation sectorielle Fenabrave. Au cours du mois de juin, 171.800 véhicules ont été vendus, cela représente une chute de 19,2% par rapport à l'année passée, mais une hausse de 2,6% par rapport au mois de mai. C'est le pire mois de juin et le pire premier semestre en 10 ans.

→ Volkswagen se présente comme le premier producteur du pays, où il compte trois sites et une usine de moteurs. Daimler, BMW et Audi disposent également d'une forte présence au Brésil.

"Nous n'imaginons pas des changements majeurs dans le secteur tant que la scène politique n'évolue pas."
Alarico Assumpção Jr
Président de Fenabrave

"Nous avons déjà remarqué une amélioration des indices de confiance, à la fois par les consommateurs et les investisseurs, mais nous n'imaginons pas des changements majeurs dans le secteur tant que la scène politique n'évolue pas", a déclaré le président de Fenabrave, Alarico Assumpção Jr, au quotidien Observador. La fédération a maintenu ses prévisions d'une chute de 15% du chiffre d'affaires du secteur sur l'ensemble de l'année 2016.

Les motos ne sont pas en meilleure forme. Fenabrave a rapporté que les ventes des deux roues ont également fortement baissé en juin (-20%). Sur le trimestre, c'est une chute de 14,8% par rapport à la même période l'année passée. 

L'Argentine et le Brésil ont signé fin juin un accord sur le marché automobile en vigueur jusqu'en 2020, date à laquelle le libre-échange de véhicules devrait commencer. Cet accord sur quatre ans "établit les bases pour le libre-échange automobile à partir de 2020", a déclaré le ministre brésilien du Développement, Marcos Pereira.

Le ministre a souligné que le secteur automobile est prépondérant pour l'économie du géant sud-américain, et qu'il représente près de la moitié du flux commercial entre les deux pays voisins. L'Argentine a été le principal marché pour l'exportation de véhicules brésiliens.

Selon un communiqué du ministère, l'accord prévoit qu'à chaque dollar importé d'Argentine en pièces détachées et en véhicules, le Brésil pourra exporter 1,50 dollar sans taxe d'importation. Si cette proportion est dépassée, les véhicules brésiliens seront taxés à hauteur de 35% pour entrer sur le marché argentin.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés