Le pétrole à bas prix menace la voiture électrique

Elon Musk, co-fondateur de Tesla. ©EPA

Chez Tesla, on s'agite. La baisse du prix du pétrole rend la voiture électrique moins séduisante. Comment faire pour la rendre quand même attractive?

Les fabricants de voitures électriques devront être capables de proposer des véhicules futuristes irrésistibles pour les clients pour faire face au défi que constitue la chute des cours du pétrole, selon le cofondateur de Tesla, Elon Musk.

Le fabricant américain de voitures électriques de luxe fondé en 2003 a largement profité de la flambée des cours de l'or noir pour rendre ses véhicules attractifs.

Mais les cours du pétrole ont plongé de 70% depuis juin 2014, plaçant le secteur du véhicule électrique sous pression, a observé Elon Musk.

©Photo News

L'action de la start-up californienne a chuté au début du mois après l'annonce qu'elle n'avait atteint que de justesse ses objectifs de vente pour 2015.

"Cela complique clairement la transition vers les énergies durables", a déclaré Tusk lors d'un forum à Hong Kong, où il était interrogé sur l'impact de la dégringolade des cours du brut. "Cela va réduire l'intérêt pour les véhicules électriques", a-t-il dit lors du forum "StartmeupHK".

La start-up entend couper l'herbe sous le pied de ses très nombreux concurrents en recrutant 1.600 ingénieurs dont une grande partie seront assignés à son programme de voiture autonome baptisé Autopilot, permettant depuis peu aux voitures Tesla de pouvoir se conduire toutes seules grâce à la fonctionnalité "Summon".

"Ce que nous cherchons à faire, c'est rendre nos voitures si attirantes que, même dans le contexte d'une essence bon marché, elles seront celles que l'on veut acheter", a expliqué Elon Musk.

Sans les mains: la voiture autonome de Tesla s'appelle Autopilot. ©Bloomberg

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés