Publicité
Publicité

Le salon automobile 2022 à nouveau compromis

BMW a déjà annoncé que son salon "phygital" de 2021 serait reconduit en 2022. La marque assure que cela ne remet pas en cause sa volonté de participer à un salon national. ©BMW

Le salon 2022 est remis en cause. D'Ieteren Auto ne participera pas. Les autres marques veulent qu'une majorité de constructeurs soient présents. Stellantis tranchera.

Après une édition 2021 qui avait dû être annulée à cause de la pandémie, le salon de l’auto 2022 est à nouveau menacé. Selon plusieurs sources concordantes, D’Ieteren Auto veut faire l’impasse sur cette édition 2022.

Contacté, D’Ieteren Auto explique qu’elle préfère "attendre une communication de l’organisateur, la Febiac, pour donner sa position officiellement".

Du côté de la Febiac, on veut rester confiants sur l'organisation du salon. On explique qu'une décision sera prise d’ici à la fin de la semaine. Et si salon il doit y avoir, il s'agira d'un salon de l'auto classique.

D’Ieteren Auto qui importe les marques du groupe Volkswagen revendique 23,5% de parts de marché en Belgique. Son absence serait donc un coup dur, car un salon n'a, en effet, vraiment du sens que si un maximum de marques sont présentes. Volvo - 4,15% de parts de marché - a également déjà indiqué en juin qu'elle ne sera pas présente au salon. "On préfère choisir nos moments de communication dans l'année. Notre réseau investit énormément pour accueillir les gens de façon premium", explique René Aerts, directeur communications de Volvo Cars Belux.

Salon Phygital de BMW

Beaucoup d’autres marques automobiles du pays se disent, malgré tout, prêtes à se rendre au salon pour peu qu'une bonne majorité de marques soient présentes, le ratio des 2/3 de présents étant évoqué.

Eddy Haesendonck, CEO de BMW Belux, nous indiquait ainsi il y a deux semaines qu’il était "favorable" à un salon qui permettait de rentrer en contact avec beaucoup de clients, si évidemment suffisamment de marques étaient présentes.

"Ce serait bien, après la période Covid, d’avoir une fête nationale pour montrer ce que nous faisons, les nouveaux modèles et les nouvelles technologies."

Mais vendredi dernier, il annonçait que son salon "phygital" à Bornem de 2021 serait répété en 2022. BMW assure aujourd'hui que sa position n'a pas changé et que l'événement de Bornem "n'a rien à voir avec une participation ou non au salon de Bruxelles 2022".

Stellantis doit trancher

En coulisses, il nous revient en fait que la balle est dans le camp de Stellantis (Citroën, Peugeot, Fiat, Alfa Romeo, Chrysler, Jeep, etc.) Si Stellantis - qui pèse environ 21% du marché automobile belge sur les huit premiers mois de 2021 - décide de venir au salon de Bruxelles, alors les autres suivront. Sinon, le salon 2022 ne sera vraisemblablement pas organisé faute de suffisamment de participants.

Ce serait une tuile pour l'organisation sectorielle Febiac qui vit du salon automobile. Ce serait aussi particulièrement dommageable pour toutes ces marques moins connues qui essayent de s'y faire connaître.

4,3 millions
d'euros
La Febiac a enregistré une perte de 4,3 millions d'euros en 2020-2021 en l'absence de salon. Mais elle a encore de sérieuses réserves historiques.

L'exercice annuel de la Febiac 2020-2021 clôturé en mars 2021 s'est soldé par une perte de 4,3 millions d'euros en l'absence de salon. L'association a néanmoins de quoi voir venir avec un bénéfice reporté de 25,6 millions d'euros.

L'événement du Heysel mettait année après année l'automobile au centre du jeu de l'actualité belge et a son poids en termes de lobbying automobile. 2021 a néanmoins prouvé que la dynamique commerciale belge, avec un moment fort de l'auto en début d'année, pouvait perdurer, même sans salon.

Le secteur automobile fait également face à une pénurie de pièces compliquée à gérer qui allonge les délais de livraison, en plus des effets du Covid. Dans ce contexte, les budgets sont pour certaines marques plus serrés que d'habitude. Chez Stellantis, sous la direction de Carlos Tavares, on sait que toutes les dépenses sont passées au peigne fin avait d'être réalisées.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés